Pravind Jugnauth, chef de file de l’Alliance Lepep dans la circonscription N° 8 (Quartier-Militaire/ Moka), était à Petit-Verger, St-Pierre, hier soir pour un meeting, en compagnie de ses deux colistiers de la circonscription, Leela Devi Dookhun et Yogida Sawmynaden. Il a fustigé le bilan gouvernemental du PTR, soulignant que Navin Ramgoolam n’a généré aucun nouveau secteur d’activités en tant que Premier ministre.
Le leader du MSM a commenté lors du meeting à Petit-Verger hier soir, la venue à Maurice de la ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, saluant leur rencontre comme « une preuve de démocratie ». Pravind Jugnauth a avancé dans ce contexte que le Premier ministre sortant avait refusé une telle rencontre. « Sa rankont la inn demontre ki minis la respekte leader de l’opposition. Navin kapav diriz tou seki li le Moris, me li pa diriz l’Inde ».
Par ailleurs, l’ancien ministre des Finances a salué l’émergence des radios privées et du web TV, « ki ed a laprofondisman demokrasi kot Navin ek Paul pe rod kasiet kiksoz ek fer dezinformasion ». Il a critiqué Navin Ramgoolam pour n’avoir pas créé de nouveaux secteurs d’activités à Maurice en sa qualité de chef de gouvernement.
« Zordi ena 70 000 somer, Ramgoolam dir li pou kre 70 000 anploi. Dan sa 5 banane la ki linn fer alor ? » s’est-il interrogé devant l’assistance à Petit-Verger. Et ce avant d’affirmer que désormais « Navin nepli ena lide, li nek akimil skandal ». Pravind Jugnauth a dans la foulée évoqué le nombre de voyages « lune de miel » qu’a effectués le Premier ministre durant son mandat. « Ramgoolam kan PM, li fer koumadir pei la pou li. Olie li donn priorite lepep, so priorite divertisman ».
Qui plus est, le leader du MSM rappelle que le rapport de l’audit n’a toujours pas été rendu public alors qu’il a bien été soumis à l’Assemblée nationale le 27 juillet de cette année. « Kifer pa pe piblie dapre ou ? Parski rapport lodot telman akablan, ki zot prefer blok li dan tiroir, pa divilge li. Apel sa demokrasi ? », s’est-il exclamé avant d’énumérer des scandales ayant défrayé la chronique récemment, notamment les problèmes dans le secteur de la santé « kot aster pou gagn en bon medsin, koumadir pe tir lotri »; le Ring Road, le Bagatelle Dam ou encore le projet Jin fei, où des milliards de roupies ont été injectés. « Kot pe gagn problem mem. Ring road pe defonse… Ramgoolam li fer tou li, li mem ki soizir bann kontracter », invoque-t-il au passage.
Prenant également la parole au meeting à Petit-Verger, Leela Devi Dookhun a signifié que c’est « gras a presion de la par popilasion kinn donn dat eleksion », saluant par là même « l’intelligence de la population qui reflesi et pans so lavenir ». Elle a émis des critiques contre le secteur éducatif et a décrié les « universités maron ki pe donn fos sertifika ki pena okenn valer lor le marche du travail », soulignant plus loin que « sa bizness familial ki pe zer bann institution tertiaire pe zis roul zot bizness fer lakes ranpli ». Et d’ajouter à propos du gouvernement PTR qu’il ne s’agit là que d’une « klik kamarad ki kontinie pran kass lor ledo dimounn ».
Navin Ramgoolam n’a pas été épargné s’agissant du taux de chômage dans le pays. « Aster pe dir pou donn allocation somaz. Li demontre ki pena plan pou resoudre sa problem majeur dan sa pei-la », devait affirmer Leela Devi Dookhun.
Yogida Sawmynaden a, pour sa part, émis des critiques quant à l’exode des cerveaux qui affecte le pays. L’intervenant a mis en exergue que des étudiants mauriciens à l’étranger revenaient mettre leurs compétences au service du pays au début des années 2000. « Zordi, paran leker lour laeropor, pe dir zanfan tras boulo deor. Li montre ki popilasion nepli ena confians dan pays », estime-t-il. Et d’ajouter que Sir Anerood Jugnauth quand il a pris les rênes du pouvoir en 2000, « li ti ena vision pou l’economie. So lidee cybercite inn kree plisier lanploi ». Il a conclu comme suit : « Ki enn gouvernman se seki prevoir seki pou arive dan 5 an, pou lepep kapav viv bien ».