Virulente sortie de Pravind Jugnauth contre Navin Ramgoolam, qu’il accuse de « patauger dans le communalisme », faisant référence à l’intervention du Premier ministre dimanche dernier à la Doha Academy. Paul Bérenger, qu’il a taxé de « traître », et Rama Sithanen, qualifié de « vanpir », n’ont pas été épargnés. C’était lors d’un comité régional élargi hier au Barthosow Hall, à Nouvelle-France, où les trois candidats de l’Alliance Lepep – Mahen Seeruttun, Sandhya Boygah et Prem Koonjoo – ont officiellement été présentés.
Remerciant d’abord les sympathisants « venus en masse » lors du meeting du 12 octobre à Vacoas, Pravind Jugnauth a directement donné le ton de son discours, tirant d’abord à boulets rouges sur Paul Bérenger, qu’il a accusé d’être « un traître et un hypocrite ». S’en est suivie une diatribe contre Navin Ramgoolam, qu’il a accusé de « patauger dans le communalisme » et fortement critiqué pour avoir évoqué en public la santé du leader du Muvman Liberater (ML), Ivan Collendavelloo.
Reprenant en grande partie les déclarations faites à Flacq et Triolet, le leader du MSM a offert la garantie que le fonctionnement de la télévision nationale serait revu « avec la révocation immédiate de l’actuel directeur, Dan Callikhan, dont le contrat a été récemment renouvelé pour trois ans ». Il a également précisé que la MBC « ne sera pas manipulée » et que « le temps d’antenne normalement prévu pour le gouvernement et l’opposition sera juste et équitable ».
Pravind Jugnauth est ensuite revenu sur les 12 mesures annoncées par sir Anerood Jugnauth lors du meeting du 12 octobre et a soutenu que l‘augmentation de la pension de vieillesse à Rs 5 000 serait « un soulagement » pour les pensionnaires vivant à deux. « Se Rs 10 000 ki pou rant dan lakaz. » Et de poursuivre : « Nou priorite se lepep. Kan MSM/PMSD/ML ti zwen, nou pa ti diskitz ki post intel pou okipe me nou priorite ti lepep. Akoz samem ki noun apel nou lallians Lepep. Pou lepep e avek lepep. »
Il devait aussi énumérer « les mesures impopulaires » de l’ancien ministre des Finances Rama Sithanen, le qualifiant de « vanpir kinn bwar ou disan ».
Eddy Boissezon, du Muvman Liberater, a pour sa part demandé aux partisans du MMM de « gagn mem kouraz ki Ivan Collendavelloo e bann dirizan du ML » avant de soutenir que « le plus gros parti est celui des indécis, qui ne votent pas avec émotion ».
Les trois candidats de l’Alliance Lepep dans la circonscription No 11 (Rose-Belle/Vieux-Grand-Port) ont tous pris la parole. Sandhya Boygah, ancienne activiste du PTr, a notamment raconté comment elle avait été forcée à démissionner de la présidence du Conseil de District du Nord après seulement trois jours.