S’adressant aux habitants de Solférino lors d’un congrès nocturne hier, le leader de l’Alliance Lepep, sir Anerood Jugnauth, est revenu sur l’attaque au gaz lacrymogène survenu à Nouvelle-France mercredi et n’a pas mâché ses mots envers Arvin Boolell pour l’avoir imputé aux sympathisants du MSM. « Sa li pa dan nou disan sa, li dan disan Boolell », a-t-il lancé, le mettant en garde contre toute tentative de provocation. Déclarant que l’Alliance Lepep menait une campagne « civilisée et sans violence », SAJ a sommé ses partisans de ne pas se laisser intimider par leurs adversaires. Nando Bodha a pour sa part promis une extension du congé de maternité et un repas chaud pour tous les élèves du primaire en cas de victoire de l’Alliance Lepep.
Sir Anerood Jugnauth a qualifié la réunion d’hier de meeting. « Sa la foul ki mo pe truve la, enn sel mesaz mo pe gayne, vire mam », a-t-il lancé. Dès le début de son intervention, SAJ n’a pas tardé à commenter l’incident de Nouvelle-France. « Ena enn bann bitor ki nu bizin fer atansyon. Lalyans zuiser et tret pe realize ki manier la popilasyon pe truv kler ek zot pa pe kav siporte », a-t-il soutenu. Réagissant aux propos d’Arvin Boolell juste après cet incident, il s’est demandé pourquoi ce dernier s’était empressé de faire des déclarations. « Zot pa kone : qui s’excuse, s’accuse ! » Il n’a pas mâché ses mots envers Arvin Boolell pour avoir imputé les faits aux sympathisants du MSM. « Sa li pa dan nou disan sa, li dan disan Boolell », a-t-il lancé, mettant ce dernier en garde contre toute tentative de provocation. « Nu pa bann poltron, konn respekte nu », a-t-il lancé. Et de demander à ses partisans de ne pas se laisser provoquer.
Sir Anerood Jugnauth a par ailleurs lancé un appel au commissaire de police pour contrôler la vente de certains objets. Il a déploré le fait que des armes, comme les tasers, se vendent « comme des petits pains » dans les rues de Port-Louis « alors que c’est défendu ». Sir Anerood Jugnauth est en outre revenu sur l’objectif de la création de l’IVTB sous son gouvernement. « Ce centre, dit-il, avait été créé dans le but de former ceux qui ne brillent pas au niveau académique, mais qui ont des talents. » Et de déplorer dans le même souffle que ce centre soit aujourd’hui devenu le « bureau » du ministère de l’Éducation. « Se enn krim enver sa lepep la. Enn Premye minis li kuma enn papa pou la nasyon, li donn lexamp. Ramgoolam, ki lexamp pou donn ou ? » a-t-il déclaré. Mettant une fois de plus la population en garde contre le projet de IIe république, il affirme que celui-ci est « une ruse pour la dictature dans le pays ». Le leader de l’Alliance Lepep a soutenu que Maurice a « l’un des meilleurs systèmes de gouvernement au monde » et qu’il faudrait le garder tel quel. « Dan lezot pei ti pou ena revolisyon. Isi lepep admirab pou asize pou admire mem », a-t-il déclaré. Sir Anerood a également déploré qu’en dix ans, « aucun nouveau pillier pour l’emploi n’a été créé » et que « plusieurs diplômés sont toujours chômeurs ». Concluant son discours, il a rappelé que les prochaines élections « ne sont pas ordinaires », demandant dès lors à ses partisans de « voter bloc ». Et de souligner : « Na pa get figir kan ou vote. Vote pou sanzman ! »