Le député sortant du MSM Showkatully Soodhun a confirmé les candidatures de ses deux colistiers, Toolsiraj Benydin, ancien syndicaliste et membre du Mouvman Liberater, et Eddy Boissezon, ancien maire de Vacoas/Phoenix et ex-membre du MMM qui s’est joint au ML, pour la circonscription N° 15 (La Caverne/Phoenix). C’était hier soir, lors d’une rencontre de la régionale du MSM et des sympathisants de l’Alliance Lepep à Highlands.
Les trois candidats de l’Alliance Lepep pour les prochaines élections législatives ont été très critiques envers leurs adversaires de l’alliance PTr/MMM, ciblant particulièrement Navin Ramgoolam et Paul Bérenger. Pour Showkutally Soodhun, « un éventuel gouvernement PTr/MMM serait très dangereux pour le pays ». « Navin Ramgoolam enn zwisser ek Paul Bérenger enn tret ki travay zis pou zot lintere ». Revenant sur la relation entre sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger depuis les années 80, il s’est dit choqué par « la trahison de Paul Bérenger envers SAJ. Enn Paul Bérenger kinn trahir SAJ, ki ena pou li trahir lepep ? Bérenger inn vann militan koumadir pomm damour dan bazar ».
Showkatully Soodhun s’est appesanti sur ce qu’il considère être un manque de respect envers les femmes et a estimé que la vie privée d’un politicien était d’intérêt public. Il a fait un historique des mesures prises par le ministre de Finances du gouvernement PTr entre 2005-2010, Rama Sithanen, notamment l’introduction de la National Residential Property Tax (NRPT) et l’impôt sur les intérêts bancaires, affirmant que « li ti rass dipin depi labouss zanfan malere e ti fer lepep mizer ». Selon lui, Rama Sithanen « travay pou kapitalis e si li fer erer ou bizin donn li enn koudpie ». Le député sortant a exhorté les agents de l’Alliance Lepep à mettre en garde les familles contre le danger auquel le pays ferait face avec un éventuel gouvernement PTr/MMM et affirmé que « le tandem SAJ/Vishnu Lutchmeenaraidoo sortira le pays de la misère comme en 1983 ».
Toolsiraj Benydin s’est concentré sur le combat contre la pauvreté et la création d’emploi, faisant ressortir que 100 000 personnes touchaient un salaire de moins de Rs 6 000. Le candidat du ML devait aussi parler de la nécessité pour chaque Mauricien d’avoir accès à un bon service de santé et a déploré le cas de ces personnes qui ont perdu la vue suite à un traitement à l’hôpital de Moka. Pour lui, « ces élections sont un combat contre la dictature ».
Eddy Boissezon devait quant à lui déclarer que la démocratie n’était pas un gâteau que l’on se partageait et a dit vouloir oeuvrer pour le bien-être du pays.