Xavier-Luc Duval et Roshi Bhadain, candidats de l’Alliance Lepep à Belle-Rose/Quatre-Bornes ont tous les deux mis l’électorat en garde contre le projet de IIe République comme proposé par l’alliance PTr/MMM. C’était lors du démarrage de la campagne électorale dans cette circonscription hier soir, en présence du troisième candidat MSM/PMSD/ML au N° 18, Koomaren Chetty.
« Sa proze deziem repiblik-la se enn koktek explozif, enn bonb dan lotel gouverman », a d’emblée soutenu Xavier-Luc Duval devant les agents de l’Alliance Lepep, entassés dans la salle de réception de la municipalité de Quatre-Bornes, située au deuxième étage du complexe polyvalent de Belle-Rose. « Saki PTr/MMM pe dir la, kapav detrwir nou pei », dit-il.
Pour le leader du PMSD, les changements constitutionnels que propose l’Alliance PTr/MMM dans le cadre de l’avènement d’une IIe République ne pourront pas être amendés avant au moins 50 ans. « Zot oule sanz tou pou partaz pouvwar, me zot blie ki se ou, bann elekter, ki deside. Pou enn fwa mo dir ou swiv konsey Ramgoolam : servi ou lespri avan ou vote », a-t-il ironisé.
Parlant du MMM, Xavier-Luc Duval a accusé Paul Bérenger de « manquer de dignité ». « Kouma Paul Bérenger kapav aksepte enn rol Premie minis marionet ? » s’est-il demandé en énumérant les pouvoirs accrus du Président d’une éventuelle IIe République sous l’alliance PTr/MMM.
L’orateur a soutenu que, dans ce contexte, les prochaines élections générales seront « exceptionnelles » tout comme celles de 1968. « Ek enn lakrwa ou kapav detrwir ou pei si ou na pa reflesi », dit-il.
« Si mo ti kominal, kouma PMSD finn kapav soutenir PTr pandan 15 ans ? » a-t-il lancé pour réfuter l’accusation d’être communal dont il a fait l’objet lundi à la réunion de l’Alliance PTr/MMM à la municipalité de Quatre-Bornes. « Dayer, eski Navin Ramgoolam ti pou kapav res o pouvwar an 2011 kan MSM ti kit li, san le supor bann depite PMSD ? » a-t-il ajouté.
À Rajesh Bhagwan qui le défiait de poser sa candidature à Stanley/Rose-Hill, Xavier-Luc Duval a, à son tour, défié « Moustass » de venir l’affronter au N° 18. Il a d’autre part exprimé sa « fierté » d’avoir laissé son empreinte dans les coins et recoins de Belle-Rose/Quatre-Bornes en tant de député. « Mo pa per personn, mo bilan koz pou mwa ».
Vantant par ailleurs les mérites de ses deux colistiers, Xavier-Luc Duval a affirmé que Roshi Bhadain est un adversaire reconnu de la corruption, tandis que Koomaren Chetty est un homme d’affaires à qui tout réussit.
Aux partisans du PTr qui hésitent encore à venir grossir les rangs de l’Alliance Lepep, Xavier-Luc Duval a argué que le PTr est devenu un « parti de transfuges ». « Get front bench PTr, ena zis transfiz zordi », s’est-il écrié en citant des noms. « Kifer ou, ou bizin ezite pou vinn ar nou ? »
Très en verve, Roshi Bhadain a pour sa part mis en garde l’électorat contre le projet de IIe République, tel que proposé par l’alliance PTr/MMM et donnant au Président de la République des pouvoirs accrus. « Nou pou bouz ver enn diktatir », a-t-il soutenu, avant d’en expliquer le pourquoi.
Ainsi, selon l’orateur, un éventuel Président sous cette IIe République aurait les pleins pouvoirs sur les recrutements et les nominations dans la fonction publique, dans la force policière et à la radiotélévision nationale. En outre, il aurait la main haute sur la sécurité intérieure, sur notre politique étrangère et économique. Ce nouveau président pourrait aussi dissoudre à sa guise une Assemblée nationale pourtant élue par le peuple, révoquer les ministres et même le Premier ministre. « Alor ki le mond pe bouz ver pli de transparans ek plis d’accountability, ici dan Moris, le Prezidan de sa nouvel deziem repiblik-la pa pou redevab anver personn. Li pa po ena pou rann kont personn, pir, pa pou kapav pourswiv li, ni o sivil ni o kriminel… Li pou kapav fer ditor seki li anvi ek personn pa pou kapav touss li », soutient-il.
Pour préciser le danger d’une dictature, a poursuivi Roshi Bhadain, il y a maintenant à Maurice des caméras de surveillance partout, qui couplées aux nouvelles cartes d’identités biométriques, pourraient permettre d’avoir des détails sur un opposant à partir d’une simple photo parue dans la presse.
Le candidat de l’Alliance Lepep au N° 18 a exprimé son étonnement du silence de l’assistance lors de la précédente explication. « C’est cette menace à notre démocratie que je veux vous voir transmettre à vos proches. Zis lor la mem, ase pou ki l’Alliance Lepep gagn eleksion », a-t-il conclu.
Troisième candidat de l’Alliance Lepep au N° 18, Koomaren Chetty s’est lui appesanti longuement sur les promesses non tenues par Navin Ramgoolam depuis 2005, dont la démocratisation de l’économie. « Kot finn demokratiz lekonomi ? Zordi, nou tann dir ki se frer Nita Deerpalsing ki finn gagn spa dan laeropor. Vwala zot demokratizasion de lekonomi », s’est-il écrié en brandissant une coupure d’un journal du matin en faisant état. Il a ajouté qu’avec l’Alliance Lepep, « sakenn pou bizin senti ki li osi li pou gagn so par gato, parski avek nou, pou partaz gato-la ».
Évoquant le programme de l’alliance adverse, Koomaren Chetty a aussi soutenu qu’un éventuel gouvernement PTr/MMM serait un gouvernement de « si ». « Ar zot ena boukou « si »… Ar nou, ar l’Alliance Lepep, nou kone kot pe ale », dit-il.