Intervenant hier, en fin d’après-midi, lors de la pose de la première pierre d’un nouveau campus universitaire à Pamplemousses, Navin Ramgoolam a révélé quelques éléments de sa stratégie dans le cadre de la constitution de l’alliance PTr-MMM, sans toutefois donner tous les détails. Il a évoqué sa « vision à long terme » et sa volonté de ne « jamais laisser tomber ceux qui m’ont soutenu ». Cela en présence du ministre de l’Éducation tertiaire, Rajesh Jeetah, qui essuie régulièrement les foudres du MMM.
« Zame mo pou aksepte enn kiksoz ki mo pa dakor. Zame mo pou abandonn enn dimounn ki finn soutenir mwa », a lancé Navin Ramgoolam à une assistance enthousiaste, massée sous une marquise dressée sur le terrain qui accueillera bientôt le nouveau campus universitaire de Pamplemousses (voir encadré), terrain situé non loin de l’hôpital du Nord. « Au lieu de faire du bla bla on gagnerait à lire l’histoire. Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas ma stratégie », a-t-il ajouté. « Dimounn ki konn mo parkour, kone ki zame mo swazir sime facil. Se dan sime dificil ki ena la glwar ».
Selon Navin Ramgoolam, un leader doit pouvoir « get lwin ». « Zott tou pe koz l’alliance. Zott tou pe get lagazet. Lagazet pe manipil zot lopinion ».
Pour démontrer qu’il a lui aussi le sens de la stratégie, le leader du PTr a raconté comment SSR a « kontourne » dans les années 1960 les divers rapports défavorables à l’institution de l’Université de Maurice pour implanter cette université nationale à Maurice. Après que sa proposition de créer une université nationale à Maurice eut été rejetée en plusieurs occasions, SSR a mis sur pied un comité pour étudier la question et est parvenu à ses fins par la suite. « La leçon ki nou tire de tou sa, seki nou bizin enn leader ki kapav gete ki Maurice pou ete dans 10-20 ans ».
À l’instar de SSR, a poursuivi Navin Ramgoolam, un leader doit avoir de la persévérance et de la ténacité. Minimisant l’importance d’une alliance électorale, il a laissé entendre que sa priorité est pour le moment l’éducation. « Ledikasion bizin ress enn priorite ». Et de rappeler que c’est sous son mandat que l’Université de Technologie de Maurice a été instituée. « En fet, PTr finn kree ou bann universite. Kit fwa nou ti bizin mett en banderol dir « L’iniversite se nou ! » » a-t-il lancé en boutade, sans pour autant se référer aux banderoles du PMSD affirmant que « Le tourisme, la zone franche, c’est nous ».
Pour soutenir que l’éducation est sa priorité, Navin Ramgoolam a annoncé que son gouvernement cible un taux de 66 % d’étudiants d’inscrits dans une institution tertiaire d’ici 2025. « Ena enn korelasion entre le pourcentage inscrit dans l’éducation tertiaire et la croissance d’un pays ». Il a auparavant expliqué que les manifestations de rue au Brésil trouvent leurs sources dans cette disparité grandissante entre les riches et les pauvres, causée par l’incapacité de ces derniers d’accéder à l’éducation. Il a ajouté que l’éducation gratuite, le transport gratuit et l’institution de l’Equal Opportunities Commission, entre autres, visent à « corriger les injustices du destin ». « L’éducation et la santé gratuite, l’Equal Opportunities Commission, le Welfare State, entre autres, sont là afin de permettre à nos jeunes de jouir d’une meilleure qualité de vie. Et ce n’est pas une coïncidence si Maurice jouit d’une bonne place dans l’Indice du capital humain », a-t-il conclu.
Dans son discours de circonstance, le ministre Rajesh Jeetah a, pour sa part, rendu un hommage appuyé aux Ramgoolam père et fils et du PTr, pour leur contribution à l’émergence de l’éducation tertiaire à Maurice.
Navin Ramgoolam a ensuite dévoilé la plaque commémorative de la première pierre du campus universitaire de Pamplemousses.