En cette fin de semaine, les négociations politiques en vue d’une alliance pour les prochaines élections anticipées entre le Ptr et le MMM, passent par une étape des plus délicates. En principe, l’envoyé spécial du MMM, Alan Ganoo, confirmé par les instances du parti, avec à ses côtés l’intermédiaire Shaffick, s’attendait à se rendre au Prime Minister’s Office cet après-midi pour enclencher l’étape de la rédaction de l’accord politique entre ces deux partis. Mais la dernière déclaration du Premier ministre, Navin Ramgoolam, en réaction aux commentaires découlant du bureau politique et du comité central du MMM d’hier après-midi, pourrait s’apparenter à une véritable douche écossaise.
Alors que dans le camp du MMM l’on misait sur un calendrier établi pour la rédaction de cet accord politique, le leader du Labour faisait clairement comprendre que le “deadline” ne fonctionne pas avec lui. C’est ce qu’il a laissé entendre au Mauricien au téléphone avant de présider le Conseil des ministres du jour. De ce fait, une séance de travail anticipée entre les représentants des deux partis pour 16 heures cet après-midi attendait toujours confirmation officielle à la mi-journée. Cette rencontre, qui devait se dérouler au “Treasury Building”, devait être la première d’une série de contacts de haut niveau en vue de mettre par écrit tous les détails de cet accord débouchant sur un accord électoral rouge et mauve.
Toutefois, il n’est pas exclu que, dès la fin des délibérations du Conseil des ministres du jour, vers les 14 heures, des intermédiaires multiplieront les contacts en vue de remettre à l’heure les pendules de cette éventuelle alliance Ptr/MMM. Et pour cause : ces sources ajoutent que, dans sa dernière déclaration politique, Navin Ramgoolam se fait un devoir de souligner que l’initiative de l’étape de la rédaction de l’accord par écrit lui revient.
Pour sa part, le leader du MMM, Paul Bérenger, soutenait, après le bureau politique et le comité central d’hier, qu’irrité ou pas, c’est du destin du pays qu’il s’agit », ajoutant : « Nous avons donc décidé de “cool down”. » Il commentait les réactions au sein du MMM après les déclarations politiques de Navin Ramgoolam mercredi, lors de la cérémonie de la pose de la première pierre d’un campus universitaire à Pamplemousses. En tout cas, il faudra s’attendre à une effervescence au niveau des émissaires cet après-midi pour aplanir ce dernier malaise qui a vu le jour entre le Ptr et le MMM. ?En effet, la tension est visiblement montée d’un cran ce matin entre les deux partis, dont les principaux négociateurs sont mis à rude épreuve. Alors que Paul Bérenger faisait comprendre hier que des consultations seront engagées en vue de mettre sur papier tous les éléments d’un accord au plus tard demain, avant que le document ne soit entériné par les exécutifs des deux partis la semaine prochaine, Navin Ramgoolam, lui, lançaient qu’il ne compte pas négocier par le biais de la presse et qu’il refuse de travailler selon tout “deadline”.?« C’est moi qui ai demandé de mettre tous les éléments de l’accord sur papier », a déclaré ce matin Navin Ramgoolam. « Je ne travaille pas en fonction de “deadline”. J’ai l’intention de prendre tout mon temps et je maintiens qu’il y a encore des points de désaccords », s’est-il appesanti. Pour sa part, Paul Bérenger, dans une déclaration à la presse à l’issue de la réunion du comité central de son parti hier, a fait comprendre que Navin Ramgoolam a donné son accord en vue de la signature d’un accord écrit sur tous les éléments d’une alliance entre le Ptr et le MMM. « Il y a eu différentes opinions exprimées dans le bureau politique concernant soit la conclusion d’une alliance avec le Ptr, soit pour nous rendre seuls aux élections générales », a-t-il dit, avant d’observer que les dirigeants mauves se sont donnés jusqu’à samedi pour prendre une décision finale.
Le leader mauve a également précisé que le bureau politique est arrivé à un consensus sur une recommandation qui a été transmise au comité central pour approbation. Le bureau politique a renouvelé sa confiance en Alan Ganoo et en Shafick, qui l’a accompagné dans toutes les discussions. Ils ont d’ailleurs été délégués pour poursuivre les pourparlers avec Navin Ramgoolam sur la question de l’alliance électorale.?Le leader du MMM a ajouté qu’il interviendra « lorsque le besoin s’en fera sentir ». Le document écrit portant sur tous les points de l’accord entre le MMM et le Ptr devrait être prêt d’ici demain avant le bureau politique et le comité central du MMM, compte tenu de l’assemblée des délégués de dimanche. Cette instance du MMM ne sera appelée à entériner aucune décision vu qu’une autre réunion est annoncée pour le dimanche 22.
Un des scénarios envisagés est qu’avec la conclusion de la rédaction de l’accord demain, les instances dirigeantes du Labour et du MMM devaient se réunir pour avaliser les conditions de l’accord électoral. La signature formelle par les deux leaders pourrait alors intervenir fin de semaine prochaine.
Interrogé par la presse hier, le leader du MMM a refusé de commenter les détails de l’éventuel accord entre son parti et le Ptr, de même que des obstacles possibles. Il a observé que les remarques de Navin Ramgoolam avaient provoqué « une dose d’irritations » de certains membres du bureau politique. Mais « irrité ou pas, c’est du destin du pays qu’il s’agit », a-t-il répondu, précisant son intention de “cool down”.
Au sujet des protestations concernant la possibilité que Reza Uteem soit le No 3 d’un éventuel gouvernement Ptr-MMM, Paul Bérenger a affirmé n’avoir « pas beaucoup de respect » pour ceux qui publient des informations anonymes, en ajoutant celui qui occupera le fauteuil du No 3 dans la hiérarchie gouvernementale sera mentionné dans l’accord écrit.