Attendue comme le Beaujolais Nouveau, l’allocation des couloirs des piscines de Maurice prend un peu plus de temps que prévu. On dirait même qu’il y a du retard à l’allumage, puisqu’à valeur du jour, la Fédération mauricienne de Natation est toujours dans l’incapacité de venir de l’avant avec son projet. Pourtant, il nous revient que l’exercice d’allocation des couloirs dans les cinq piscines de Maurice (Serge Alfred, Rivière du Rempart, Souvenir, Mare d’Albert et Jean-Roland Delaître) est désormais sous influence. Une influence politique, sans doute mais aussi des gros clubs qui veulent être plus considérés dans le choix final. Ce qui veut dire de toute évidence que le Directeur Technique National (DTN), qui a la responsabilité de mener à bien cet exercice doit certainement se sentir, lui-aussi, sous pression. D’autant que les rumeurs de « passe-droit » n’arrêtent d’enfler autour de ce dossier et le retard accusé pour rendre public l’exercice comptable du DTN ne fait qu’aggraver les choses. On parle avec insistance, par exemple,  que le CAMO pourrait bénéficier des huit couloirs de la piscine Serge Alfred — information qu’a démentie le président de la FMN, Harold Lai — ou encore de la «punition envisagée» à l’encontre du club de l’ex-présidente de la FMN qui passe par des moments de doute, après le départ de 15 nageurs, de son président, Floyd Fitzegerald  et de son entraîneur en chef, Gaël Adam. Tout comme on parle aussi de récompense aux clubs qui n’ont pas ne serait-ce qu’un nageur de compétition, mais dont la fidélité a été déterminante à un moment donné. On comprend mieux pourquoi la FMN prend désormais son temps avant de rendre officiel le document.