Les services des Police riders de la VIPSU sont habituellement attribués au président de la République, au vice-président de la République, au premier ministre, à l’épouse de celui-ci et au Deputy Prime Minister. Or depuis mai 2015, ils assurent également la sécurité, 24/24, du vice-Premier ministre Showkutally Soodhun et du ministre des Services financiers, Roshi Bhadain. C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, hier au Parlement, en réponse à une question du whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan.
Le député du MMM devait parler de « frustration » au sein de la majorité gouvernementale suite à l’allocation de ces services à ces deux ministres. Rajesh Bhagwan a ensuite pointé du doigt la « grossièreté » de ces policiers, particulièrement celui affecté à Roshi Bhadain. SAJ devait préciser que c’est suite à « une perception de menace à l’encontre de ces ministres » qu’un tel service leur a été accordé.
Rajesh Bhagwan avait demandé au chef du gouvernement s’il y avait eu un changement de politique dans l’allocation des services de Police Riders aux VVIPs depuis janvier 2015 et a voulu connaître les personnalités bénéficiant de tels services. SAJ devait au préalable indiquer qu’il n’y avait eu aucun changement de politique. « Depuis longtemps, cela est de pratique pour des Police Riders de faire partie du cortège du président de la République de Maurice, du vice-président, du Premier ministre, de l’épouse du Premier ministre et du Deputy Prime Minister, cela en vue d’assurer la mobilité, en toute sécurité, de ces personnalités ». Par ailleurs, ajoute le PM, cette facilité est étendue aux personnalités locales et étrangères, incluant les VVIPs de l’étranger, selon leur statut, à des fins de protection de leur personne.
Cependant, pour des raisons de sécurité, a précisé SAJ, depuis le 22 mai 2015, le gouvernement a approuvé l’extension de ce service sur une base 24h/24 à d’autres VVIPs, et ce, en dehors des arrangements de sécurité qui leur sont déjà pourvus. Ces personnes sont : le vice-Premier ministre Showkutally Soodhun, le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, et le secrétaire financier, Dev Manraj. Toutefois, seuls Showkutally Soodhun et Roshi Bhadain ont actuellement recours à ces services.
Ce sont des constables de la VIPSU qui assurent la sécurité de ces ministres. Sir Anerood Jugnauth a tenu à préciser que c’est une mesure de sécurité temporaire « which will be reviewed in light of the threat perception against the ministers concerned ».
Dans une interpellation supplémentaire, Rajesh Bhagwan a demandé au Premier ministre s’il était au courant qu’une telle décision a créé « bien des frustrations au sein du nouveau gouvernement ». Sa question a déclenché un grand éclat de rire dans l’hémicycle, avant que le député mauve n’enchaîne avec : « Voulez-vous que je vous dise qui me l’a dit ? »
Le whip de l’opposition a poursuivi avec une autre interrogation pour le moins inattendue de la part des parlementaires : « Est-ce que le premier ministre envisage de demander au commissaire de police d’acheter des motos additionnelles pour d’autres ministres ? » Le PM, non moins sarcastique, répond : « C’est le devoir du gouvernement de faire l’acquisition de davantage de motos. » Rajesh Bhagwan ne lâche pas le morceau et demande s’il est possible d’apprendre de « bonnes manières » à ces policiers.
« Cela se passe ainsi ces jours-ci, les policiers lancent “avanse, avanse” », dit-il, avant de cibler particulièrement les policiers assurant la sécurité de Roshi Bhadain. « Ah bon. Be kondir loto-la twa », lance alors le ministre des Services financiers. Répondant à une invective du ministre, Rajesh Bhagwan rétorque : « Mo pa per twa. » SAJ tente d’entreposer ces mots pendant que le ministre et le député s’acharnent l’un sur l’autre : « Le bon exemple commence par les membres de la Chambre. » Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, s’en mêle à son tour en fustigeant Roshi Bhadain.