Image d'illustration

l Rétablissement de la fourniture d’eau à la route Hugnin à Rose-Hill

Comment demander à la population de se laver les mains plusieurs fois par jour alors qu’elle n’a pas ou peu d’accès à l’eau potable ? C’est la question qui taraude les habitants de certains quartiers de Vacoas/Phoenix, de Beau-Bassin, de Belle-Rose et de Grand-Bois, confrontés actuellement à une pénurie. Les habitants de Highlands, Camp-Fouquereaux, Hermitage, Holyrood, soutenus dans leur revendication par le député de la circonscription No 15, Kushal Lobine, expriment leur indignation à la presse et sur les réseaux sociaux.

Week-End avait fait état dans son édition du 22 mars dernier des problèmes d’approvisionnement en eau dans certaines régions de Vacoas/Phoenix, de Beau-Bassin et dans le centre-ville de Rose-Hill. Après avoir été presque trois mois à sec, l’eau coule de nouveau des robinets des habitants de la route Hugnin et de la rue Ambrose, à Rose-Hill, depuis le 24 mars. Annick Bigaignon, une résidente de la route Hugnin, qui souligne avoir appelé le service d’assistance téléphonique de la Central Water Authority (CWA) des dizaines de fois durant cette pénurie, se réjouit de cette situation, mais reste toutefois prudente sur la suite des événements : « L’eau coule à flots en ce moment, si bien qu’on se demande si cela va durer, car nous sommes habitués à de longues coupures. On nous donne de l’eau pendant quelques semaines, puis, du jour au lendemain, on nous en prive pour des mois. »

Sous couvert de l’anonymat, un General Worker de la CWA, nous confie que « la progression dans la fourniture d’eau dans le centre de Rose-Hill est due à la fermeture des entreprises, bureaux administratifs, bâtiments commerciaux et hôtels durant cette période de confinement. Par exemple, la grande quantité d’eau utilisée par la Cybercité d’Ebène est refoulée en ce moment dans le réseau du centre-ville de Rose-Hill ». Pour autant, la situation ne s’est guère améliorée dans d’autres régions des Plaines-Wilhems, comme à Highlands, Camp-Fouquereaux, Hermitage et Holyrood où la distribution est irrégulière depuis plusieurs semaines, voire des mois. « C’est un problème dont les habitants se plaignaient bien avant le début de l’épidémie. L’eau coule entre 20 h et 21 h et des fois le matin entre 4 h et 5 h. Le réservoir de Mare-aux-Vacoas n’est-il pas rempli à 100 % actuellement ? On attend quoi pour nous approvisionner comme il se doit », dit une habitante de la rue Grassy, à Vacoas.

N’empêche qu’à quelques encablures de la rue Grassy, les résidents de la rue Sadally reçoivent l’eau sporadiquement du matin au soir. A la CWA, on souligne que « la rue Grassy étant située sur le même réseau de distribution de l’hôpital ENT de Vacoas et celui de Victoria, à Candos, contrairement à Sadally qui puise sa source ailleurs, l’augmentation de la consommation d’eau potable liée au nombre de patients atteints du coronavirus dans ces établissements hospitaliers, a obligé les autorités à prendre des mesures pour limiter la distribution dans certains quartiers de Vacoas/Phoenix et de Quatre-Bornes pour privilégier les hôpitaux ». Les restrictions d’eau concernent également les maisons situées à La Croisée Diolle, à Holyrood. C’est la raison pour laquelle, le député No 15 de l’opposition Kushal Lobine est monté au créneau, au cours de la semaine écoulée sur sa page Facebook en exhortant le ministre Utilités publiques, Ivan Collendavelloo de remédier à la situation, au moins durant cette période de crise sanitaire.

Idem pour le conseiller du village de Grand-Bois, Vinaye Roopun, qui hausse le ton contre les autorités face au calvaire du manque d’eau, selon lui, dans certaines régions de Grand-Bois, à l’instar des villages de Old Savanne-Road et Seewoosagur Lane qui sont affectés par des coupures drastiques de 3 h à 16 h. Vinaye Roopun raconte que le problème de fourniture d’eau remonte à 2013 et que les élus d’alors avaient l’intention de commanditer une étude afin de résoudre ce problème. Rien n’a été entrepris à ce stade. Des camions-citernes ont été déployés dans ces régions pour remédier à la pénurie.

Un habitant de Beau-Bassin dit que les robinets sont à sec depuis une semaine à la rue Arnaud. La CWA promet aux habitants de la rue Arnaud que « des ouvriers seront sur place lundi ». A noter que pour faire face à la propagation de l’épidémie de Covid-19, la CWA a commencé à prendre des mesures appropriées, dont la réduction des effectifs sur les chantiers et dans les fourgonnettes transportant les General Workers à leur lieu de travail. Ces derniers qui désormais sur un système de rotation se posent néanmoins la question de savoir si leurs salaires et heures supplémentaires seront comptabilisés normalement.