Des habitants du village d’Amaury à Rivière-du-Rempart ont été affectés par les pluies diluviennes qui se sont abattues pendant près d’une heure en fin de matinée hier alors que l’agglomération voisine de Rivière-du-Rempart et les autres régions avoisinantes étaient au sec. Le plus gros problème allait surgir quelques instants après avec la montée des eaux dans des cours et dans des maisons. Pas moins d’une dizaine de maisons ont été inondées jusqu’à hauteur de quatre pieds avec des meubles et équipements électroménagers abîmés par l’eau de pluie.
« En ène heure temps, nous fine noyé net », raconte Vinay Hunuth, qui continue à évacuer l’eau de sa maison inondée avec les moyens de bord. Le niveau d’eau est également monté dans sa cour car les torrents dévalant les champs de cannes en amont ne pouvaient se frayer un passage pour poursuivre leur route.
D’autres habitants d’Amaury, à la hauteur de la Mosque Road, se plaignent de l’absence de solution à ce problème récurrent. Celui qui fait presque figure de doyen dans cette partie du village rappelle que « sa problem-la enan plis ki 20 ans sa pe allé. Gouvernman allé, gouvernman vini, zot dir pou fer. Mé pena nanyen. Sak fwa gros lapli mo lakaz inondé », confie-t-il au Mauricien alors que des sapeurs-pompiers venus de Piton et de Flacq, appelés en renfort, actionnent des pompes pour faire baisser le niveau depuis la mi-journée d’hier jusqu’à tard dans l’après-midi.
De son côté, le député de Piton/Rivière-du-Rempart Balkissoon Hookoom a fait le déplacement à Amaury en compagnie du vice-président du conseil de district de Rivière-du-Rempart Ganeshan Mooneesamy pour un constat des lieux et des mesures d’urgence en vue d’alléger les difficultés des habitants de ce village.
« Nous avons pris contact avec des contracteurs en vue de mettre en place un système de canalisations d’eau de pluie pour éviter une répétition de ce qui s’est passé dans la journée. Le système de drains existants a été débordé par les fortes pluies, ce qui explique les inondations », soutient le vice-président du conseil de district en jetant le blâme sur des drains non déblayés sur des terres appartenant à des intérêts privés.