Des conseillers d’Amaury, dans la circonscription Piton/Rivière-du-Rempart (No 7), sont mécontents de leurs députés et ministres. Ces derniers, soutiennent-ils, ne travaillent pas avec eux lorsqu’il est question du développement du village.
Rajiv Bundhun, Amar Issuree, Shayat Bahadoor, Omanand Unauth et Farez Soyfoo allèguent que les personnes concernées préfèrent discuter avec ceux proches du MSM, et qui ne sont pas membres du conseil, « que nous, qui sommes des die-hard travaillistes ». Ces conseillers d’Amaury souhaitent ainsi une rencontre avec le Premier ministre Navin Ramgoolam pour lui faire part de leurs doléances.
Rajiv Bundhun affirme que tout se déroulait normalement depuis les élections générales de 2005 ; les conseillers de village étaient invités à toutes les réunions organisées par le Citizens Advice Bureau (CAB). Cependant, allègue-t-il, depuis les élections de 2010, la communication est rompue entre les deux parties. « De tout temps nous avons travaillé avec le gouvernement travailliste, mais vu que Prateebah Bholah a été élue en tête dans cette circonscription et que le MSM a quitté le gouvernement, on nous humilie en faisant croire que nous sommes des agents du MSM. Or, tout le monde sait qu’il n’y a pas plus travaillistes que nous à Amaury », ajoute pour sa part Shayat Bahadoor.
Selon M. Bahadoor, les conseillers de village veulent travailler pour le progrès de leur localité « me ena boukou dimounn ki pe met baton dan la rou ». « Nous estimons que le ministre, le PPS et autres n’ont pas les bonnes informations à notre sujet », dit-il. M. Bahadoor indique avoir demandé à plusieurs reprises, depuis quelques mois déjà, un rendez-vous avec le ministre de l’Environnement et du Développement durable Deva Virahsawmy, mais qu’il attend toujours.
Le PPS Balkissoon Hookoom soutient quant à lui qu’il n’est pas au courant de la situation qui prévaut à Amaury et déclare que le travail se poursuit normalement dans ce village. « Les ministres Virahsawmy et Baichoo, le CAB et moi-même sommes en train de faire avancer les travaux dans la région et aussi dans le village. Nous travaillons ensemble avec toutes les parties concernées. Donc, je ne sais de quoi ils parlent. Je n’entrerai pas dans cette polémique », a-t-il déclaré au Mauricien.