Si les échanges lors de la Private Notice Question (PNQ) d’hier matin du leader de l’opposition Paul Bérenger au Premier ministre Navin Ramgoolam, portant sur les dix plus gros scandales de l’heure, n’ont pas été de nature confrontationnelle, la reprise des travaux de l’Assemblée nationale dans l’après-midi a été marquée par deux incidents avec un potentiel de dérapage conséquent. Le premier est intervenu peu avant 15 h à la pendule de l’hémicycle, quand le ministre du Travail Shakeel Mohamed a lancé une véritable étincelle alors que l’opposition MMM acculait le ministre de l’Éducation tertiaire Rajesh Jeetah sur son projet de construction d’un campus universitaire dans la région de Montagne-Blanche. L’autre échange chaud de la séance d’hier a opposé le député du MMM Rajesh Bhagwan à l’Attorney General Yatin Varma, lors des débats sur le Law Practitionners (Amendment) Bill.
Alors que le député Rajesh Bhagwan taquinait le ministre Rajesh Jeetah en lui disant que les copies des études sur le projet de campus universitaire produites n’étaient autres que des magazines, dont Paris Match, obtenus de la bibliothèque de l’Assemblée nationale, un éclat de voix soudain du député Joe Lesjongard allait interrompre le déroulement du Question Time.
Le député du MMM, qui siège à moins de cinq mètres du strapontin ministériel occupé par Shakeel Mohamed dans les travées gouvernementales, devait protester contre une remarque désobligeante proférée par le ministre du Travail. Pour des raisons à peine explicites et très probablement irrité par les piques des députés de l’opposition à l’égard de Rajesh Jeetah, Shakeel Mohamed a lancé sans crier gare « zot nek kone bwar rhum tout la nwit dan kwin labutik ».
Joe Lesjongard, piqué au vif par ce commentaire des plus déplacés, l’a fait vertement comprendre au principal concerné. En guise de réplique aux protestations véhémentes du député du MMM, le ministre du Travail ne faisait que répéter « mo pas inn dire sa ar twa ». Cette montée d’adrénaline parlementaire devait susciter l’intervention du Speaker Kailash Purryag, qui a tenté de rappeler à l’ordre un Shakeel Mohamed tout penaud.
D’autres membres de l’opposition, qui n’avaient pas initialement saisi la portée de la remarque du ministre du Travail, devaient se mêler aux échanges. Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, devait lancer une sévère réprimande : « Pa koz koumsa ! Hein ! »
Pour éviter toute détérioration de l’ambiance au sein de l’hémicycle, le Speaker n’a eu d’autre choix que de rappeler de nouveau à l’ordre le ministre du Travail avec un éloquent « Honourable Mohamed, please ! I’m following you ». Le calme a vite été rétabli et le président de la séance devait appeler la prochaine PQ portant sur le fléau du cancer.
Collaboration et implantation
Plus tôt, en réponse à une interpellation du député mauve Steve Obeegadoo, le ministre Jeetah s’est évertué à justifier le projet de campus universitaire à Montagne-Blanche. Il a fait état de la demande pour 33 000 places additionnelles dans le secteur tertiaire de l’Éducation pour les prochaines années. Il a mis en avant des demandes de collaboration et d’implantation venant d’institutions tertiaires de l’Inde, des Émirats Arabes Unis, de Grande-Bretagne et de Tanzanie.
Rajesh Jeetah a confirmé que des campus seront opérationnels à Montagne-Blanche, à Curepipe dans les locaux désaffectés de la MBC-TV, à Piton, à Rose-Belle, à Bel-Air, à Camp-Levieux et à Montagne-Malgache à Rodrigues. Les cours traiteront de biotechnologie, d’architecture, d’aéronautique et de marine avec la formation de pilotes dans ces deux domaines, de tourisme et des énergies renouvelables.
Le campus de Montagne-Blanche couvrira une superficie de 5 000 mètres carrés et pourra accueillir entre 2 500 et 3 000 étudiants. « Le complexe universitaire comprendra une tour de cinq étages. This is going to be an iconic building », ajoute le ministre.
Bhagwan : Consultant ki sannla ? Ah Fat ?
Obeegadoo : Le ministre peut-il révéler quand les exercices d’appels d’offres ont été lancés pour ces projets de campus ?
Speaker : Cette question supplémentaire ne découle pas de la PQ portant sur le projet de campus à Montagne-Blanche.
Cette remarque de la présidence suscite un véritable tollé de la part de l’opposition avec le leader de l’opposition montant en première ligne.
Bérenger : C’est au ministre de décider s’il veut répondre ou pas. Dans sa réponse, il a parlé d’autres projets de campus. Li tappe so tam-tam. Nou, nou pena tam-tam. Kot pe allé…
Speaker : Le ministre a donné des explications sur la politique exécutée… I’ve given him some latitude…
Bérenger : One way latitude…
À une autre interpellation du député Obeegadoo, le ministre confirme que la State Land Development Company assure le Project Management du campus de Montagne-Blanche et que les travaux devront être complétés au plus tard à la mi-2012. Il ajoute que pour le projet de Camp-Levieux, l’Institut polytechnique sera converti en campus.
Quality assurance
Bhagwan : Le ministre peut-il confirmer que la cérémonie de pose de première pierre à Montagne-Blanche a été l’occasion pour un rallye politique…
Le député du MMM est interrompu par le président de l’Assemblée nationale car il trouve que la question n’a aucune pertinence. Le Whip de l’opposition n’en démord pas et ajoute que « to ti embête Arvin Boolell ek fer li vine laba pou to gayn dimoune ».
Obeegadoo : Le ministre peut-il révéler à la Chambre le nombre de candidats ayant réussi aux examens de HSC en 2010, avec les A Levels nécessaires pour être admis à l’université et le nombre d’étudiants admis dans des institutions tertiaires à Maurice et à l’étranger ?
Jeetah :… (Le ministre se met à consulter son dossier pendant de longues secondes.)
Bhagwan : Dire Ah Fat répone kestyon là pou toi !
Obeegadoo : La question est simple : combien d’étudiants ont les entry requirements pour l’Université et le nombre qui ont été admis ?
Jeetah : Le pourcentage de réussites en 2010 était de…
Bérenger : Pa sa ki pe demandé…
Le Speaker intervient pour clarifier la situation et le ministre révèle que 7 664 étudiants ont réussi aux examens et 7 248 ont été admis.
Bhagwan : Vasant, donne sa cours du swar do ! Donne sa inpé leson particulière…
Obeegadoo : Qu’en est-il des exercices de quality assurance ? Jusqu’ici la TEC n’a entrepris qu’un seul exercice d’audit…
Le ministre prend son temps pour répondre à la question supplémentaire.
Bérenger : Ou pena dimoune qualifié ? Mette ti kopin partout ?
Obeegadoo : peut-il révéler le nombre de quality audits entrepris par la TEC ?
Jeetah : Comme with a substantive question.
Bérenger : La to pe fer Hedging ar nous !
À ce stade, le leader du MSM intervient avec son interpellation supplémentaire sur des études de faisabilité pour les projets de campus.
Jugnauth : Le ministre peut-il déposer sur la table de l’Assemblée nationale des copies de ces études ?
Jeetah : (brandissant des copies des documents) : I’ve got all of them…
Bhagwan : To pran magazines dan bibliothèque to amène là. Paris Match sa…
C’est à ce stade qu’intervient la prise de bec entre le député Lesjongard et le ministre Mohamed.
Un peu plus tard, Rajesh Bhagwan devait malmener verbalement l’Attorney General. Le député du MMM faisait des remarques relativement aux amendements prévus au Law Practitioners Bill. Il a été rabroué par Yatin Varma, qui a lancé à son égard un méprisant « to pa konpran sa twa ! »
Le Whip de l’opposition ne s’est pas fait prier pour dire à l’Attorney General ses quatre vérités en politique. « Mwa, mo inn éli sept fwa ; twa, tiket to pa inn gagné. To inn donne Vasant Bunwaree kout poignar dan lédo », devait poursuivre Rajesh Bhagwan, visiblement hors lui, devant les yeux impuissants du Deputy Speaker, Prit Roopun, qui présidait cette partie des travaux.