La première partie des débats sur “The Constitution (Declaration of Community) (Temporary Provisions) Bill”, hier après-midi à l’Assemblée nationale, a été marquée par la sobriété et la solennité dans le ton des principaux orateurs, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et le leader de l’opposition, Paul Bérenger, aussi bien que parmi tous les parlementaires présents dans l’hémicycle à cette occasion. Le Speaker, Razack Peeroo, qui présidait les débats, n’a pas eu à intervenir tant les interventions se déroulaient dans une ambiance quasi-religieuse avec des applaudissements qu’à la fin des discours.
Cette séance parlementaire a été marquée par de nouveaux “Seating Arrangelents” avec les députés du MMM intégrant les travées de l’opposition et une “Musical Chair” dans les rangs de la majorité. Ainsi, le leader du PSMD, Xavier-Luc Duval, qui occupait lors de la précédente séance du 15 avril le Front Bench du gouvernement en troisième position avec le titre de vice-Premier ministre et ministre des Finances, n’occupe plus que le “Back Bench” dans les rangs de l’opposition.
Xavier-Luc Duval siège dans la dernière rangée des travées de l’opposition, avec à sa gauche le député du MMM, Kavi Ramano, et également représentant la même circonscription que le leader du PMSD, soit Belle-Rose–Quatre-Bornes (No 18). Les députés Aurore Perraud et Thierry Henri prennent désormais place à côté de Xavier-Luc Duval.
Du changement également pour les députés Eric Gimbeau (MMSD) et Francisco François (OPR), qui sont placés à côté du député du MSM Mahen Seeruttun dans la deuxième rangée à gauche de la Speaker’s Chair.
Toutefois, le changement le plus remarqué demeure la montée en grade du ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, qui rejoint pour la première fois de sa longue carrière à l’Assemblée le Front Bench des Senior Ministers en tant que No 4 du gouvernement. Il a été félicité et taquiné, non seulement par des parlementaires du Ptr, mais également de l’opposition.
Ainsi, le leader du MMM, Paul Bérenger, n’a rien trouvé mieux que de lancer en direction d’Arvin Boolell : « Mo ti donne li ene kravat mauve. Mais li pas ine mette li. » Le chef de la diplomatie, qui arborait une cravate rouge, n’avait qu’un large sourire en guise de réponse.
Quelques minutes auparavant, le leader de l’opposition avait échangé des civilités avec son voisin de gauche, le leader du MSM, Pravind Jugnauth. Peu après la lecture de la proclamation pour l’ouverture de la troisième session de la cinquième Assemblée nationale par la Clerk de l’Assemblée nationale, Safina Lotun, le Premier ministre devait brûler les étapes en attaquant la deuxième lecture sans passer par la première lecture. Il est alors 15h41 à la pendule de l’hémicycle.
L’élection de Pradeep Peetumber en tant que Deputy Speaker et de Nita Deerpalsing en tant que Deputy Chairperson of Committees s’est déroulée sans opposition. « Is there any counterproposal ? If there is none, I declare… », devait lancer Razack Peeroo lors de ces deux étapes, ponctuées par des applaudissements des deux côtés de la Chambre.
Véritable moment d’embarras pour le député Steven Obeegadoo au moment où le Leader of the House fait état des initiatives de Rezistans & Alternativ pour réclamer l’élimination de l’obligation de déclaration de l’appartenance ethnique des candidats : son téléphone cellulaire se met à sonner. Visiblement agacé, le leader du MMM lance un cinglant et sonore « ine perdi labitid ! » Le député du MMM tente alors d’éteindre son appareil.
Au chapitre des bons mots, en cette première partie des débats, la palme revient à Paul Bérenger lors de son intervention à l’effet que « now the time is for electoral manifesto », laissant la porte ouverte à des spéculations au sujet des prochaines élections générales anticipées ou encore sur l’éventualité d’une alliance Ptr/MMM. Au-delà de cette phrase, les observateurs politiques devront se contenter d’interpréter le “body language” des principaux protagonistes.
Le Leader of the House a également été l’auteur de quelques phrases qui ont fait mouche dans la conjoncture politique, comme par exemple : « Communalism has become entrenched in the way of thinking of many even today »,
« It is unquestionably true that our Constitution is one of the very few remaining in the world that divides its people by ethnicity – and worse – it is the only one that does so by means of approximation »,
« For those who are still oblivious to this stark reality, and who still think in terms of community, let me remind them that our own Courts have also reminded us in clear terms that we must act »
« They have not read the writing on the walls. It may now be only the faintest of breezes barely disturbing the sails of the ship; but a prudent captain makes changes before the breeze becomes a gale ».