L’ancienne présidente de la république, Ameenah Gurib-Fakim, qui doit affronter à compter du 6 août la commission d’enquête Caunhye pour violation présumée de la Constitution, frisant un coup d’État, a profité d’une accalmie pour apporter son soutien aux victimes de Boko Haram au Nigeria. Elle a profité de son passage à Lagos pour aller à la rencontre des parents des filles toujours en otage.

Commentant cette rencontre à huis clos, Ameenah Gurib-Fakim a déclaré à la presse du Nigeria que « it was a real touching moment to be speaking with these mothers. The message I want to send to the world is that the world must not forget them. They are suffering, they have lost relatives — some of them are in captivity and I’m sure they will get them back ».