C’est dans le cadre de la campagne de promotion du projet «Lead Green» que nous avons rencontré Ameeruddheen Khodabacus. Voici le portrait d’un futur gradué bien dans sa peau — et dans sa coupe de cheveux — qui redoute, comme beaucoup de jeunes Mauriciens gradués, de devenir chômeur.
Ameeruddheen Khodabacus est âgé de 23 ans, vient de terminer ses études en management à l’UTM de Pointe-aux-Sables. Il habite la Vallée-des-Prêtres, a fait ses études primaires l’école à Jean Lebrun et son cursus secondaire au collège Islamic de Port-Louis. Il est l’aînée d’une famille de trois enfants et son père et sa mère travaillent dans le secteur de la bijouterie. «Un secteur qui, avec beaucoup d’autres à Maurice, connaissent de sérieuses difficultés en raison de la crise économique.» Bon dans les matières artistiques et la comptabilité aux examens du HSC, il a choisi de faire un BSC en Management à l’Université de Technologie de Maurice (UTM) en refusant une place pour faire un diplôme en arts appliqués. «J’ai choisi le management pour pouvoir trouver un travail plus facilement après les études.» C’est sur le campus de l’UTM qu’il entend parler de l’Association for the International Exchange of Students in Economics and Commerce (AIESEC) pour la première fois, l’année dernière, lors d’une campagne de recrutement. Intéressé par l’association, il fait acte de candidature, est interviewé puis accepté. Il commence comme simple membre, puis parvient à trouver des sponsors, travaille sur des projets, tous liés à la protection de l’environnement, avant d’être nommé coordinateur d’un projet. Puis, il est nommé coordinateur de l’AIESEC pour l’UTM et de l’Institut Charles Telfair. C’est à ce titre qu’Ameeruddheen Khodabacus coordonne actuellement le projet «Lead Green». «Les membres de l’AIESEC travaillent sur des projets pour l’amélioration de la qualité de la vie, donc celle de la société. A Maurice, les principaux projets de l’association concernent l’environnement à travers Lead Green, Green Revolution et IT for all, ainsi que des programmes de leadership et de lutte contre la toxicomanie, etc. Lead Green est un des projets de l’AIESEC/ UTM/CTI, qui compte 150 membres et qui bénéficie de l’aide de 17 étudiants étrangers de treize nationalités présents à Maurice pour un séjour de six semaines. Ce projet de conscientisation des Mauriciens sur la prévention de la pollution a été expliqué aux étudiants étrangers par nos membres et les ONG qui sont nos associés. Cette présentation a été suivie d’un échange de points de vue, d’un partage d’expériences sur les questions environnementales. A partir de là, nos invités ont rédigé des rapports, sont allés faire des causeries dans certaines institutions secondaires, ont dialogué avec les étudiants pour poser des problèmes et essayer de proposer des solutions. Ils ont également participé à des campagnes d’explication et de sensibilisation dans les lieux publics avec des Mauriciens.» Selon son coordinateur le projet «Lead Green» a été un succès qui a permis aux étudiants étrangers de mieux comprendre la réalité mauricienne et les enjeux environnementaux locaux.