Depuis novembre 2010, un immense chantier foncier continue à prendre ses marques pour donner un nouveau visage à la station balnéaire de Grand-Baie. Au fur et à mesure que se précise l’échéance de l’ouverture de Grand-Baie La Coisette, annoncée pour le troisième trimestre, les promoteurs soulignent le véritable défi que représentent ces investissements de l’ordre de Rs 2 milliards pour faire rejaillir « un nouveau centre-ville à l’entrée de la région qui se présente comme la Côte d’Azur de l’île Maurice ».
Grand-Baie La Croisette se décline en 50 000 mètres carrés de construit, dont presque la moitié réunissant sur un même site quatre pôles d’activités, soit 26 000 mètres carrés consacrées à des activités de commerce, dont des enseignes de classe, 15 000 mètres carrés pour des appartements de haut standing, 5 000 mètres carrés de bureaux, également 5 000 mètres carrés réservés exclusivement à une esplanade, sans oublier les 6 000 mètres carrés d’espace de bien-être et se sports.
Aussitôt les composantes physiques de Grand-Baie La Croisette énumérées, Ashwun Chinnayya, directeur du centre, intervient pour s’appesantir sur le caractère exclusif de ce projet d’envergure. « Nous ne pouvons comparer  GBLC à aucune autre construction réalisée jusqu’à présent à l’ile Maurice. GBLC est loin d’être un simple un Shopping Mall. En architecture, ce projet repreésente un Central Business District (CBD), un centre de vie, qui réunira en un lieu plusieurs activités », s’enorgueillit-il
Le concept architectural a été confié au cabinet d’architectes Francis Wong Associates, travaillant en étroite collaboration avec le consultant retail sud-africain CDG Architectural. « L’aménagement de GBLC inclut deux voies d’accès depuis Chemin Vingt-Pieds traversant le site. Ce ne sont pas des rues mais plus des dépose-minutes. En d’autres termes, c’est un nouveau centre-ville qui est en train de sortir de terre à l’entrée de cette station balnéaire », rajoute-t-il en définissant les caractéristiques de GBLC.
« Comme ceux qui fréquenteront GBLC avec sa mise en opération au courant du troisième trimestre pourront le constater, je mets l’accent sur l’importance des espaces entre les bâtiments parce qu’un centre de vie ne se résume pas qu’ à des bâtiments. La générosité dont ont fait preuve les concepteurs en termes d’espaces vert et de détente fera toute la différence avec de nouvelles perspectives sur la vie en plein air. Ainsi, l’esplanade de 5 000m?, où seront organisés des animations et autres événements, constitiuera le coeur de Grand-Baie La Croisette. Tout a été mis en place pour permettre aux visiteurs de vivre une expérience positive. Dans un projet de ce type, l’espace public est capital, notamment les terrasses ou les divers points de rencontre à l’intérieur comme à l’extérieur », souligne avec force le directeur du centre.
Toutefois, au-delà de l’infrastructure d’aménagement, Ashwin Chinnayya reconnaît que « tout immeuble doit avoir une âme, voire une personnalité » pour survivre au-delà du béton. À ce chapitre, il revient sur l’importance de la qualité des services, la touche de chaleur humaine, pour confirmer l’impact économique indéniable de Granc-Baie La Croisette d’abord pour la région Nord, puis à l’échelle nationale. Les premiers exercices de recrutement ont été engagés depuis récemment avec des appels de candidatures.
« Nous sommes actuellement engagés dans le recrutement du personnel en vue de constituer et de former l’équipe de gestion du centre et nous allons pour des raisons pratiques privilégier les habitants du Nord. Il y aura aussi des embauches par nos locataires. Je pense au shopping mall mais aussi à l’espace business et l’implantation d’entreprises. L’établissement ambtionne d’être classé haut de gamme et une attention particulière sera apportée à la qualité des services. Ce qui suppose un niveau de formation à la hauteur de ces exigences. L’humain est le coeur même de ce concept. Concevoir un bâtiment c’est une chose, le faire vivre constitue notre principal challenge », reconnaît le directeur du centre, qui réalise l’ampleur de la tâche qui l’attend.
Malgré la conjoncture économique, les promoteurs de Grand-Baie La Croisette affichent la sérénité quant au taux d’occupation à l’ouverture vers la fin de l’année. « Au final, nous comptons 120 enseignes, y compris celles pour la restauration. Ils seront tous opérationnels le jour J », ajoute le directeur du centre.
« Nous avons trois locomotives commerciales que sont l’hypermarché Intermart, Food Lovers Market et Mr Bricolage. Nous avons sélectionné le meilleur des enseignes pour les réunir dans un même lieu. Les entreprises locales seront bien représentées avec Fashion House ou encore l’enseigne Cottons pour le prêt-à-porter, le Bookcourt pour les livres/culture, entre autres. Leur présence est complétée par des franchises internationales, parfois inédites comme Vida et Caffè, un coffee shop dans la tradition européenne. Nous comptons surtout des enseignes fortes et réputées comme Ocean Basket, Nando’s, Mugg & Bean, Jeff de Bruges, Yves Rocher », poursuit Ashwin Chinnayya, qui fait également état de la présence d’une branche régionale de la  MCB de même que divers services comme les banques, un bureau de change, une agence immobilière et des représentations d’ assurances, etc.
En conclusion, le directeur du centre de Grand-Baie La Croisette aborde le volet résidentiel du projet avec les 90 appartements type RES et destinés aux investisseurs mauriciens. « L’appartement RES aura un aménagement incluant la cuisine, les sanitaires et les finitions comme le parquet. L’investisseur n’aura plus qu’à amener ses meubles, son électro-ménager et tout autre objet de décoration qu’il souhaite. La seule différence pour les appartements réservés aux locaux se trouve par rapport à la cuisine qui est en option », déclare-t-il alors que les travaux se poursuivent à un rythme accéléré sur le chantier en vue de respecter les échéances pour la livraison.