Un automobiliste, condamné à Rs 25 000 d’amende et à une suspension de trois ans de son permis par le tribunal de Pamplemousses pour conduite en état d’ivresse, avait interjeté appel. Selon les détails de l’affaire, l’automobiliste roulait sur l’autoroute à Terre-Rouge quand il a perdu le contrôle de son véhicule et heurté un taxi venant en direction opposée.
Selon la police, l’automobiliste s’était rendu au poste de Terre-Rouge une heure après l’accident alors qu’il sentait encore l’alcool, l’alcootest révélant une quantité supérieure à la limite autorisée. Cependant, l’appelant avait soutenu avoir consommé de l’alcool « après » l’accident. Il avait ajouté qu’une foule hostile s’était massée et qu’il avait quitté les lieux de l’accident car craignant pour sa sécurité. Il aurait par la suite rencontré un cousin près d’un centre commercial, qui l’aurait invité à prendre quelques verres. Après avoir repris ses esprits, il aurait tout raconté à son cousin, qui l’avait ensuite accompagné au poste de police de Terre-Rouge.
Le juge David Chan Kan Cheong en a conclu que la version donnée par l’appelant était claire et convaincante, et qu’elle corroborait avec celle de son cousin, appelé comme témoin. Le juge a de plus noté que la version de l’appelant n’avait pas été remise en question lors du procès. Selon le juge, la magistrate de première instance a fait « une mauvaise application de la loi » en prenant comme référence les dispositions légales appliquées en Angleterre, qui diffèrent légèrement de celles appliquées à Maurice. De ce fait, le juge a donné gain de cause à l’appelant, annulant l’amende de Rs 25 000 et la suspension de son permis.