«On ne fait pas une loi pour faire une farce. Il est impératif de mesurer toutes les conséquences qui s’ensuivront», pense Pravind Jugnauth. Le leader du parti soleil fait ressortir qu’alors que des mois ont été requis par le gouvernement et l’opposition MMM pour venir de l’avant avec cet amendement, le MSM a eu moins de 24h pour étudier «l’amendement apporté à l’amendement proposé», suivant les observations qu’il avait lui-même soulignés à la presse et lors de son intervention à l’Assemblée nationale la semaine dernière. Soutenant qu’au MSM, de tout temps, les conséquences de la loi a été au centre des observations, Pravind Jugnauth se dit «satisfait» qu’il soit parvenu à attirer l’attention sur un point saillant du Constitutional (Declaration of Community) (Transitional Provisions) Bill. Et d’insister qu’»il n’y a rien de communal dans mes observations et mes remarques. Sur une question de principe, il est de mon devoir de poser des questions et de donner mon opinion en tant que parlementaire et d’attirer l’attention sur ce que j’estime litigieux.»
Or, dit-il, Navin Ramgoolam et Paul Bérenger voulaient passer cela sous silence, mais n’ont pu le faire du fait que le MSM ait mis ce point en l’avant. «J’ai dénoncé le fait qu’on tentait de cacher la vérité sur le mécanisme qui servirait à la nomination des best loserset qu’on y excluait deux communautés reconnus dans la constitution». D’où l’amendement apporté vendredi par le PM. «Fodé ou fané pou ou amenn amendement à la 4e vitesse», dit-il, notant toutefois que l’amendement apporté vendredi mène à une solution en partie seulement. Se référant ainsi à la section 4 (2) B (ii), Pravind Jugnauth souligne que la nouvelle loi ne prend pas en compte une injustice qui peut survenir à l’encontre d’une quatrième «appropriate community». Il attire également l’attention sur le fait que si 30 candidats d’une seule communauté sont élus aux prochaines élections, cela apporterait un autre problème.
«Zot ti bizin en tant ki leaders donne l’exemple»
Mettant au défi le PM et le leader de l’opposition de démontrer qu’il a un agenda communal, le leader du MSM soutient que dans ses observations, il n’a attaqué personne. Il note cependant que si la loi a été votée, avec des arguments comme «grand pas, avancée historique, commencement de la fin du communalisme «mis en avant par Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, «ces leaders de partis vont déclarer leur communauté aux prochain élections». Pravind Jugnauth dit ne pas comprendre les raisons qui motivent le leader du PTr et le leader du MMM à déclarer leur appartenance ethnique alors qu’ils soutiennent tout faire pour lutter contre le communalisme. «Zot ti bizin en tant ki leaders donne l’exemple», dit-il, réitérant son engagement à ne pas déclarer sa communauté lors des prochaines élections. «Le peuple jugera», dit-il, faisant ressortir, en référence au 60/0 dont se vantent Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, que «c’est le peuple qui décidera. Et lépep pe réserve zot enn bonne surprise pou tou sa cinéma zot pe fer la».
Interrogé par les journalistes, le leader du MSM n’a pas souhaité commenter la position du PMSD au Parlement vendredi dernier, qu’il dit respecter. S’agissant de l’absence des deux députés du MSM Nando Bodha et Pradeep Roopun lors du vote vendredi dernier, Pravind Jugnauth, interrogé par Week-End,a expliqué que ces députés étaient à l’étranger. «Pradeep Roopun est en mission et Nando Bodha, qui a repoussé son départ croyant que le billserait voté vendredi d’avant, n’a pu faire autrement parce qu’il avait des engagements à l’étranger», dit-il, précisant que ce sont des urgences.
Dans une autre partie de sa conférence de presse, le leader du MSM est revenu sur les propos du Premier ministre à son encontre concernant la communauté des petits planteurs. «Je n’ai jamais parlé de bribede Rs 2000», dit-il. S’attardant sur l’asphyxie que connaissent les petits planteurs, «décimés»selon lui sous le régime Ramgoolam, Pravind Jugnauth précise qu’il a déclaré, qu’avec l’intention du gouvernent de donner une subvention de Rs 2 000 sur chaque tonne de sucre pour les planteurs ayant un maximum de 25 arpents de terre, cela pour les deux ans à venir, «après la mort pé donn la tisane avec Rs 2000». Le leader du MSM a aussi tenu à exprimer sa solidarité avec le peuple palestinien, estimant la situation inacceptable et très triste. Il a condamné l’inaction des pays qui disposent des moyens pour venir en aide aux Palestiniens, mais qui ne le font pas.