À deux jours de la présentation de The Constitution (Declaration of Community) (Temporary Provisional) Bill, qui nécessite une majorité de trois quarts de l’Assemblée nationale, l’heure est à la mobilisation pour les deux principaux partis parlementaires, le PTr et le MMM.
Le leader du MMM et de l’opposition, Paul Bérenger a, lors de la réunion politique de son parti hier après-midi, affirmé qu’il s’attend à un vote unanime des parlementaires mauves. Leurs dix-neuf députés seront présents dans l’hémicycle vendredi après-midi. Le secrétaire général mauve, Rajesh Bhagwan, qui se trouvait à l’étranger depuis la semaine dernière et dont le retour était initialement prévu pour dimanche, a précipité son retour et est attendu à Maurice demain matin. Comme il l’avait affirmé lors de sa conférence de presse samedi dernier, le MMM souhaite que la séance spéciale se déroule dans la sérénité.
Le Constitution (Declaration of Community) (Temporary Provisions) Bill représente pour le MMM un pas constitutionnel important. « Un premier pas avait été accompli en 1982 lorsque la Constitution avait été amendée pour que les recensements de la population effectués tous les dix ans ne tiennent plus en ligne de compte l’appartenance communale des Mauriciens. Avec l’amendement qui sera débattu vendredi, c’est un autre pas sur le chemin du « Nation Building » et de l’Unité nationale qui sera accompli », avait souligné Paul Bérenger qui souhaite que l’amendement de la Constitution soit adopté à l’unanimité.
Outre Paul Bérenger, seulement deux orateurs interviendront sur le texte de loi : Alan Ganoo, qui a fait partie du comité qui s’est penché sur la préparation du mini-amendement sous la présidence de l’Attorney General Satish Faugoo, et Reza Uteem. On s’attend à ce que ce dernier insiste sur le pas historique accompli grâce à ce mini-amendement tout en rassurant ceux qui appréhendaient un changement brutal du best losers system.
Du côté de la majorité parlementaire la mobilisation est également de rigueur. « Tous les parlementaires seront présents au parlement vendredi », a déclaré le président du PTr, Patrick Assirvaden. Le ministre Arvin Boolell, qui devait initialement se rendre à Madagascar cette semaine dans le cadre de la préparation du sommet de la Commission de l’océan Indien, s’est fait remplacer par le directeur du service de Coopération régionale, Dev Phokeer. Une réunion de coordination est prévue demain sous la présidence du Premier ministre, Navin Ramgoolam. « Nous voulons nous aussi que les débats sur ce projet de loi historique se déroulent dans la sérénité. Nous sommes contents que l’opposition officielle soit sur la même longueur d’onde que nous concernant ce projet de loi qui marquera d’une pierre blanche l’histoire de Maurice 46 ans après l’accession du pays à l’indépendance », a poursuivi Patrick Assirvaden. Il s’est dit convaincu que le texte loi obtiendra la majorité voulue. Le gouvernement dispose d’une majorité de 35 parlementaires alors que l’opposition dispose de 19 parlementaires, ce qui fait une majorité de 54. Cinquante-deux votes sont nécessaires pour l’obtention d’une majorité de trois quarts.
Au niveau du reste de l’opposition, c’est le suspense concernant la prise de position. « Ils ont pris deux mois pour préparer ce texte de loi, on ne peut nous demander de nous prononcer sur un texte aussi compliqué en deux jours », a déclaré le leader du PMSD Xavier-Luc Duval qui était interrogé par Le Mauricien. « Nous prendrons une décision vendredi qui sera conforme à notre slogan L’Ile Maurice avant tout », a-t-il ajouté.
Du côté du MSM, les dirigeants étaient en concertation ce matin et une réunion avec Sir Anerood Jugnauth est prévue comme chaque mercredi, cet après-midi. Une conférence de presse est prévue par le leader du MSM, Pravind Jugnauth, demain. Tout laisse croire que les partis de l’opposition veulent se démarquer du PTr et du MMM et qu’une abstention ou un walk-out n’est pas à épargner.
Rappelons que la séance de vendredi débutera par une proclamation pour marquer l’ouverture de la troisième session de la Cinquième Assemblée nationale. Le parlement procédera ensuite à l’élection du vice-président de l’Assemblée et du Deputy Chairperson of Committees dont la fonction avait pris fin avec la prorogation du Parlement.