Un consensus sur l’amendement de la loi pour la révocation et la disqualification d’un député qui ne respecte pas son devoir, était au centre des discussions de plusieurs membres de l’opposition ce samedi lors d’un forum débat à la municipalité de Port-Louis.

Plusieurs personnes telles que Arvin Boolell du Parti Travailliste, Alan Ganoo du Mouvement Patriotique et Kugan Parapen de Rezistans ek Alternativ entres autres ont répondu présents aux discussions. Les membres du gouvernement, invités, ont quant à eux joué aux abonnés absents.

Ils sont tous d’avis que la révocation d’un député doit trouver sa place dans le manifeste électoral des différents partis politiques aux prochaines élections. Toutefois, ils se rejoignent tous sur l’importance d’une réflexion profonde sur les motifs et modalités d’une révocation avant que le mandat du député soit à terme.

« Il y a un consensus sur la nécessité d’apporter une loi pour pouvoir révoquer un député, mais il n’y a pas de consensus sur les modalités qui déclencheront sa disqualification », a précisé Kugan Parapen de Rezistans ek Alternativ.

Alan Ganoo, se dit convaincu que cette loi peut être appliquée, « toutefois il faut la volonté politique » soutient-il.

« Notre demande est claire, nous demandons à tous les partis politiques de prendre un engagement sur le principe du droit des électeurs de révoquer leurs députés, pour ce qui est les modalités, nous pouvons tous trouver un accord, c’est ainsi que nous pourrions commencer à combattre le taux d’abstention », a déclaré Steven Obeegadoo.

Arvin Boollel, « prendre sanction contre un parlementaire ne se fait pas à la légère, il faut des paramètres bien définis, et cela commence surtout par les partis politiques », a-t-il fait ressortir de son côté.