Des propos très durs ont été proférés hier par les intervenants au forum-débat à la Salle Eddy Norton, aux Arcades Sunnassee, Rose-Hill, à l’encontre du ministre du Travail Shakeel Mohamed et contre le gouvernement, en particulier le Premier ministre Navin Ramgoolam, qui se proposaient de faire adopter en urgence aujourd’hui des amendements à l’Employment Relations Act (EReA) et l’Employment Rights Act (ERiA). La Platform Kont Lalwa Travay anti-Travayer estime que ces amendements constituent une atteinte aux droits acquis des travailleurs du pays et signent l’arrêt de mort des syndicats.
« Shakeel Mohamed ek Navin Ramgoolam pe assassinn drwa bann travayer ek zot pe sign la mort mouvement sydikal dan Maurice si zot adopte sa bann amandeman-la dimin dan Parlman », s’est indigné un Jack Bizlall très en verve devant une centaine de personnes réunis dans la Salle Eddy Norton, aux Arcades Sunnassee à Rose-Hill.
Évoquant les acquis des travailleurs au fil des années en termes de réajustement de salaires et d’amélioration des conditions d’emploi, Jack Bizlall a expliqué que tout cela a été obtenu par les travailleurs du pays de haute lutte. « Zordi sa bann amendeman-la se enn latak kont bann drwa aki de bann travayer ek kont leksistans mem bann syndika », a-t-il tempêté.
Selon l’intervenant, les travailleurs devenaient membres des syndicats pour améliorer leur sort en termes de salaire et de meilleures conditions de travail. « Zordi ki fer ou dan enn syndika ? Se pou ki ou gard sa bann aki-la ki ou bann gran dimounn finn lite dirma pou gagne ek pou ki ou pa perdi zot. Or zordi, avek sa bann amandeman-la travayer pe perdi tou zot aki ek syndika pou disparet », prévient-il. « Se enn atak lor bann drwa ki travayer finn gagne, se enn rekil lalit travayer ! »
Jack Bizlall estime qu’avec le certificat d’urgence que le ministre Shakeel Mohamed et le Premier ministre ont imposé sur l’adoption de ces deux projets de loi en cette dernière séance parlementaire de l’année, aucun parlementaire ne pourra maîtriser les implications de ces amendements. « Li inimin demann enn parlementer konpran seki sa bann amandeman-la implike. »
Jack Bizlall s’en est aussi pris à l’opposition parlementaire MMM, qui depuis 1982, estime-t-il, n’a rien proposé en termes de loi alternative en faveur des travailleurs. « Aster, loposition parlementer MMM-MSM bizin vinn ek enn proze le lwa lor travay ki montre ki li protez travayer… Cela avan prochain eleksyon general, lerla nou pou pran zot o serieux kan zot dir zot anvi protez travayer. » Il a aussi plaidé pour l’unité syndicale.
Pour désamorcer la crise, Reeaz Chuttoo a pour sa part proposé l’institution d’un Select Committee à l’Assemblée Nationale devant laquelle les parlementaires, les syndicalistes et le représentant du patronat pourront déposer dans le cadre de la révision de l’ERiA et de l’EReA. Il a évoqué une désobéissance civile au cas où le gouvernement va de l’avant avec ces amendements.
Évoquant une rencontre que le leader du MMM Paul Bérenger a eu samedi avec les animateurs de la Platform Kont Lalwa Travay anti-Travayer, Veda Baloomoodee, qui représentait l’opposition parlementaire, a expliqué que son parti s’alignait sur la prise de position de la Platform. « Nou finn dir fode pa presse ! »
L’avocat Dev Ramano a lui expliqué que ces amendements se situent dans le cadre du néolibéralisme de déréguler le monde du travail. « Zot bizin demantel bann la lwa ki protez travayer ! »
Le syndicaliste Atma Shanto, qui présidait ce forum-débat, a rappelé que la résistance contre l’ERiA et l’EReA s’est manifestée avant 2008. « Nou ti ena rezon : enn repons dan Parlman finn indik nou ki de 2008 a 2012, plis ki 20 000 travayer finn perdi zot plas travay sous sa de lalwa-la », s’est-il indigné. « Minis Travail li-mem, ek so Ptr, ek la Mauritius Employers Federation (MEF), pa kapav konfront travayer ek syndika lor sa de lalwa-la », a-t-il lancé en désignant les deux chaises vides, l’une pour le ministre du Travail et représentant du Ptr et l’autre pour le représentant de la MEF.
Atma Shanto a promis « une surprise » aujourd’hui devant l’Assemblée Nationale si le gouvernement ne retire pas ces deux projets de loi de l’agenda des travaux parlementaires.