Onze membres de la Platform kont lalwa travay anti-travayer ont manifesté ce midi contre les amendements à l’Employment Relations Act et l’Employment Rights Act que le ministre du Travail Shakeel Mohamed se proposait de faire adopter à l’Assemblée Nationale aujourd’hui. La plateforme estime que ces amendements sont une atteinte aux droits acquis des travailleurs du pays et constitue une menace à la survie même des syndicats. D’autre part, le ministre Mohamed rencontre en début d’après-midi aujourd’hui les membres de la Platform kont lalwa travay anti-travayer.
« Sitiasyon bien simp : travayer ki pa dan sindika ek ki bann patron pou swazir pou gagn plis pouvwar ki travayer ki dan sindika », a déclaré le syndicaliste Reeaz Chuttoo, qui avec dix autres membres de la Platform kont lalwa travay anti-travayer ont manifesté ce midi devant la Government House pour protester contre les amendements à l’Employment Relations Act (EReA) et l’Employment Rights Act (ERiA) que le ministre Shakeel Mohamed et le gouvernement se proposaient de faire adopter aujourd’hui à l’Assemblée Nationale avec une certificat d’urgence. « Bann travayer pa sindike bizin 25 % dan zot Bargaining Unit, tandi ki bann ki dan sindika bizin 35 %. Donc, si gouvernma adopte sa bann amendman-la, travayer pou perdi tou zot drwa ek syndika independan pou disparet », a-t-il insisté.
Rashid Imrith a, lui, dénoncé le rôle de l’Organisation international du travail à Maurice. « Insa Benn Said Dia, reprezantan OIT dan Maurice pe diviz syndika dan pay », a-t-il lancé. Il a annoncé son intention d’en avertir officiellement cette organisation. « Malerezma, dan OIT travayer en minorite, 1/3 travayer, enn 1/3 gouvernma ek enn 1/3 patron. »
Les manifestants sont restés une demi-heure devant la Government House.
Dans une lettre au ministre Mohamed, la Platform affirme qu’elle considère que sa décision de faire adopter ces amendements à l’EReA) et l’ERiA à l’Assemblée Nationale aujourd’hui avec une certificat d’urgence constitue « une menace certaine à la démocratie ».
La Platform kont lalwa travay anti-travayer souligne que ces amendements n’ont jamais été préalablement discutés avec les syndicats. « La Platform vous demande par conséquent de retirer ces deux projets de lois de l’agenda des travaux parlementaires d’aujourd’hui. À la veille de Noël, nous n’allons pas accepter ce cadeau empoisonné. »
La plateforme demande au ministre l’ouverture de discussions avec les syndicats sur les lois du travail du pays en vue de consolider la protection des travailleurs. Elle lui a remis un document sur les points en litige.