Bientôt un an depuis l’arrestation et l’inculpation provisoire de l’ancien Deputy Chief Executive Officer d’Airports of Mauritius Ltd., Shiv Nemchand, et deux autres suspects. L’Independent Commission against Corruption (ICAC) a convoqué le jeudi 14 août le Chief Executive Officer de ce même organisme, Serge Petit, en vue de boucler l’enquête au sujet des pratiques illégales sur 150 Payment Vouchers pour un montant de Rs 15 millions. Cette somme a été versée à un contracteur pour des soi-disant travaux de nettoyage du Perimeter Fence au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, dont le contrat est évalué à Rs 47 millions et échelonné sur une période de deux ans. L’interrogatoire de Serge Petit était axé sur des uncrossed cheques et portant sa signature pour des paiements par Airports of Mauritius Limited. L’arrestation de Shiv Nemchand, qui a également soumis sa démission d’AML, s’inscrit dans ce que le Premier ministre, Navin Ramgoolam, avait décrit en février 2013 comme une « opération tsunami dans des corps parapublics ».
Des recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes indiquent que le CEO d’AML a passé presque toute la journée dans les locaux de l’ICAC. Il aurait été confronté à une série de uncrossed cheques portant la signature du concerné en vue d’effectuer des paiements dans le cadre de l’exécution de ce contrat de nettoyage. Dans la pratique, Serge Petit est tenu à signé conjointement les chèques d’AML. Cette procédure ne soulève aucun problème.
Toutefois, les limiers de l’ICAC, qui enquêtent dans les affaires d’AML depuis le début de l’année dernière, sont intéressés à consigner les explications sur cette dérogation aux crossed cheques permettant à un des suspects dans ce scandale de négocier ces chèques sans difficulté. Des sources bien renseignées avancent que cette pratique frise le délit de blanchiment de fonds. La régularité avec laquelle AML a eu recours à cette pratique pour émettre des chèques en faveur d’une des parties impliquées dans ce scandale intrigue l’ICAC à plus d’un titre.
Officiellement, l’enquête de l’ICAC sur le paiement de Rs 15 millions à un contracteur privé d’AML est sur le point d’être bouclée avant que le dossier ne soit transféré à l’Office of the Director of Public Prosecutions pour la suite de cette affaire. Une source officielle à l’ICAC a fait comprendre à Week-End en fin de semaine que cette étape devra être franchie dans un délai pas trop long.
Dans un premier temps, suite à un exercice de vérification interne dénonçant de « gross financial irregularities and mismanagement of public funds », cinq employés d’Airports of Mauritius Ltd, dont le Deputy Chief Executive Officer, avaient été interdits de leurs fonctions. Après un peu plus ce cinq mois d’enquête, l’ICAC avait pris la décision le 17 septembre de l’année dernière de procéder à trois arrestations et inculpations provisoires. Le dénommé Shiv Nemchand, l’ex-bras droit de Serge Petit, fut traduit devant le tribunal de Mahébourg pour avoir approuvé illégalement quelque 150 Payment Vouchers pour un montant de Rs 15 millions en faveur du contracteur.
Un autre haut cadre d’AML, Viswanand Ramjus, Supervisor et Landscaping Officer, fut inculpé pour l’approbation illégale d’une centaine de Payment Vouchers après avoir scindé le contrat global en plusieurs parties pour ne pas éveiller de soupçons. Le contracteur, ayant bénéficié de ces faveurs illicites, un dénommé Ramdeo Peeharry, est déjà sous le coup d’une inculpation provisoire pour le délit de money laundering.