Une situation malsaine règne au sein d’Airports of Mauritius Ltd (AML). C’est ce que déplorent les employés de cette compagnie publique dans l’attente du rapport Terms and Conditions of Employment en possession de la direction de l’entreprise et qui devrait, une fois publié, améliorer leurs conditions de travail. Parallèlement, disent-ils, alors que des employés sont privés de leurs benefi ts, des recrutements “douteux” sont effectués dans certains services, au détriment de ceux, au sein de l’entreprise, qui possèdent les qualifi cations pour ces postes. Pointant du doigt le manque de considération de la direction d’AML, ces employés déplorent le manque de communication et de transparence dans la gestion de la compagnie publique. Soucieux de leur avenir, ils réclament des explications et souhaitent une enquête de l’Independent Commission against Corruption (ICAC).
Les employés d’AML se disent inquiets de la situation qui règne au sein de leur compagnie. Une situation qu’ils qualifi ent de malsaine, avec notamment une frustration grandissante . Pour cause, ils attendent depuis plus d’un an pour prendre connaissance du Terms and Conditions of Employment Report, commandité par l’entreprise au groupe Hay et dû depuis janvier 2013. À ce jour, disent-ils, ce rapport n’a pas encore été fi nalisé et demeure dans les tiroirs. Les nombreuses demandes effectuées par les employés aussi bien que les directeurs et autres managers ont été vaines, disentils, ce rapport demeurant un secret de Polichinelle, alors que le rapport du PRB aussi bien que le Errors and Ommission Report ont été appliqués dans d’autres secteurs l’année dernière.
On apprend que, récemment, le négociateur a envoyé une lettre offi cielle au Chief Executive Offi cer pour obtenir un rendez-vous. À ce jour, cette requête est demeurée sans réponse. Entretemps, déplorent les employés d’AML, si la révision salariale a été effectuée, le personnel se sent lésé car ne pouvant bénéfi cier des avantages qui lui revient de droit et dont le rapport fait mention. “D’ailleurs, à défaut de ce rapport, la structure organisationnelle d’AML est restée inchangée, avec un gros trou au niveau du management”, soulignent les employés frustrés.
Ils dénoncent également les recrutements effectués au sein du département de sécurité d’AML. Si un exercice d’appel à candidatures a été effectué, les employés d’AML soutiennent que certaines personnes auraient été recrutées sans passer par l’interview requise pour ce poste. Qui plus est, elles ne disposeraient pas des qualifications nécessaires. Le manque de transparence dans l’exercice de recrutement interpelle les employés qui dénoncent également que certains anciens employés qui ont pris leur retraite travaillent toujours au sein d’AML sous contrat. Or, ces personnes, disent-ils, se font assister dans leurs tâches et s’octroient des bénéfi ces sans en être inquiétés par la direction, ne serait-ce que par l’auditeur de la compagnie.
Autre source de frustration : le remboursement des dépenses médicales. Selon les employés d’AML, alors qu’ils contribuent au Medical Scheme, depuis un an, ils n’auraient perçu qu’un tiers des réclamations effectuées à la compagnie d’assurance. Si le management leur aurait donné la garantie qu’il ferait le nécessaire pour le remboursement total jusqu’ici rien n’a été fait. De même, selon nos informations, à la suite d’un exercice d’appel d’offres, AML a opté pour une nouvelle compagnie d’assurance, ce alors que l’offre de cette compagnie d’assurance est plus élevée que celles des trois autres soumissionnaires. Il s’agirait d’un contrat de plus de Rs 15M, disent les employés, cherchant à comprendre pourquoi ce n’est pas le lowest bidder qui a obtenu le contrat approuvé par le Tender Committee en décembre dernier.
Le découragement a gagné bon nombre d’employés qui s’estiment lésés, ne pouvant aller de l’avant avec leur projet personnel. Ils expliquent que, malgré l’assurance donnée par AML à ceux nécessitant une aide fi nancière pour des besoins médicaux ou pour le fi nancement des études de leurs enfants, jusqu’ici les applications sont toujours en attente. Pour les employés d’AML, cette situation est principalement due au manque de personnel au niveau du management. Cela alors que le rapport Terms and Conditions of Employment attendu depuis 2013 devrait faire des recommandations en ce sens.
Déplorant le manque de transparence dans la gestion d’AML, les employés réclament des explications. Ils souhaitent une enquête de l’ICAC pour faire la lumière sur les nombreux manquements relatifs à leurs conditions de travail et réclament des éclaircissements quant aux exercices de recrutement et d’appel d’offres effectués récemment par AML.