Il est resté analphabète jusqu’à ses 11 ans. Celui qui n’avait vraisemblablement aucune perspective d’avenir complète ce mois-ci un Diploma in Community Services au Charles Telfair Institute. Lui c’est Jonathan Arsene, 25 ans, habitant la Cité Barkly à Beau-Bassin. Son succès, il le doit à des personnes bienveillantes qu’il a côtoyées sur sa route, à sa foi et à une volonté de fer qui ne l’a jamais quittée. 
Jonathan Arsene est aujourd’hui un jeune homme plein d’énergie qui croque la vie à pleines dents. Les temps durs sont derrière lui. C’est sur son lieu de travail au Centre of Learning de Caritas à Barkly qu’il a choisi de revenir sur son parcours semé d’embuches. Ce lieu où tout a commencé, il y a 14 ans. Il y occupe le poste de field workerà plein temps. Son métier consiste en l’accompagnement des enfants qui viennent, bien souvent, de milieux à problèmes et faire un suivi à travers des rencontres avec les parents. 
S’il a réussi aujourd’hui, dit-il, c’est surtout grâce à des personnes bien intentionnées et à sa volonté. Au cours de ces 14 dernières années, Jonathan Arsene a eu plusieurs déclics dans sa vie. Le premier est survenu lorsqu’il a échoué au Certificate of Primary Education (CPE). Il avoue qu’avant cela, sa vie consistait largement à déranger la classe et à jouer au foot après les heures de cours. Donc, à négliger les études. Issus d’un milieu modeste, ses parents, eux, devaient travailler d’arrache-pied pour joindre les deux bouts; ses frères et lui étaient livrés à eux-mêmes. “Ler mo amen mo rezilta ek mo kat F, mo mama dir mwa enn E si to pan amene?”, se souvient-il encore aujourd’hui. Le coup de grâce tombera peu de temps après, lorsque le laïc Jean-Noël Adolphe a mis sur pied le projet de l’école complémentaire dans sa région. “Ti ena enn lanket a lepok ek finn trouve ki 7 zanfan lor 10 ti pe fel CPE. Finn ena bann port-a-port pou kanvas zanfan. Lerla mo mama ti avoy mwa”, raconte-t-il. Il était réceptif aux attentions données: “Lapros ti diferan. Nou pa ti sis parant me nou ti pe zwee osi. Mo ti trouv sa mouvman-la bien interesan.” 
Durant la même période, Jonathan sera marqué par les paroles bienfaisantes d’un instituteur de la Std 4 qui était remplaçant pendant une journée : “Sa zour-la, li ti donn devwar ek mwa, mo ti pe fer tapaz. Lerla linn dir mwa : twa osi to kapav fer devwar.” Depuis, l’enfant qui s’amusait à perturber les autres s’est radicalement transformé et s’est grandement appliqué. Il se rappelle encore sa joie, lorsqu’il commençait à comprendre ce qu’il apprenait. “Premie kitsoz monn lir: enn zournal. Monn santi ki ti ena dimounn ki ti krwar dan mwa ek ki so lapros ti valorisant”, dit-il avec fierté. “Sa lepok-la, mo dan siziem me an mem tan mo pran leson katriem ek sa profeser ki ti dir mwa mo kapav. Ler rezilta tonbe, mo amenn rezilta ki mo mama inn demand mwa, setadir 2 D ek 2 E.
Poursuivant sur sa bonne lancée, il s’enregistra au sein du collège New Devton, à Beau-Bassin. “Biensir, parey kouma ti ena dimounn kinn krwar dan mwa, ena dan mo lentouraz ti dir ki mo pa pou resi al ziska Form 3. Or, monn fer ziska Form 5. Monn touzour kontign al lekol konplemanter apre kolez selman.
Mais Jonathan Arsene se laissera à nouveau distraire au lieu de se concentrer dans ses études. Un nouveau rappel à l’ordre, cette fois de son Form Master,qui lui fera prendre conscience que son avenir est en jeu. “Linn dir mwa swa mo met enn serye swa mo al suiv enn kour teknik. Ler mo refer mo Form 3 ki mo pran konsians vreman. Mo met serye, me nouvo kou de sor! Mo al devlop enn problem la po kinn pran letan pou geri.” Face aux préjugés des autres, il sera forcé d’abandonner l’école mais tiendra bon dans ses études. “Mo ti pe al revize dan libreri minisipalite Rose-Hill ek mo rapel kan libreri ti pe ferme, mo ti pe al revize dan legliz. Mo ti pe avoy devwar par mo bann kamarad pou ki mo bann profeser korize.” À force de persévérance et de courage, Jonathan prendra finalement part aux examens du School Certificate. Mais nouvelle déception. Il ne peut poursuivre son Higher School Certificate en raison de l’insuffisance des crédits nécessaires et, en même temps, en raison de son âge qui ne le permettrait pas de continuer.  Il était alors âgé de 19 ans, et l’âge limite pour terminer l’école est 20 ans.
Survient alors un moment de doute qui ne saurait durer. Caritas l’a approché pour lui proposer d’adhérer à un cours que propose le groupe hôtelier Beachcomber avec possibilité de se faire embaucher par la suite. “Monn kanvas mo bann kamarad ki ti dan mem situation ki mwa. Par la swit, bann-la inn employe. Monn kre enn group de soutien pou bann jeunes kot nou ti pe zwenn tou le semenn.”
Une nouvelle tentative auprès du MITD pour des cours en Electric & Mechanic s’avérera fructueuse. Après deux ans de brillantes études, un choix s’impose à lui : celui d’intégrer une grosse entreprise en tant que mécanicien ou d’être field workerau sein de Caritas. “Le choix était evident. En raison de mon parcours personnel, j’ai opté pour le travail social et je ne regrette pas une seule seconde”, dit-il avec assurance. Depuis, Jonathan Arsene poursuit son engagement auprès de Caritas tout en passant son diplôme en Community Services. Son conseil aux plus démunis : “Ne jamais se laisser décourager par les aléas de la vie et de croire en soi.”