À l’occasion de ses 60 ans d’existence cette année, l’Anglo-Mauritius présente une exposition intitulée Cyclone Longtemps afin de rendre honneur à la résilience des Mauriciens face aux nombreux cyclones qui les ont affectés. L’exposition est gratuite et ouverte jusqu’au 17 septembre au Blue Penny Museum, Caudan Waterfront, Port-Louis, tous les jours exceptés les dimanches et jours fériés.
Pour Louis Rivalland, le CEO de l’Anglo-Mauritius, « ces 60 dernières années, notre compagnie a pu contribuer durablement et efficacement à ce grand effort collectif de construction ou de reconstruction du pays grâce son anticipation, sa solidarité et sa prévoyance face au danger ». C’est en rapport à cet aspect positif de protection et d’aide que l’Anglo-Mauritius s’est lancée dans une exposition destinée au plus grand nombre, une première sur le sujet.
1951 a été une année marquante pour l’Anglo-Mauritius, incorporée le 30 avril. « On pourrait aussi dire que la célèbre compagnie d’assurance est née entre des cyclones non moins célèbres qui comptent parmi les plus dévastateurs que l’île ait connu : ceux de 1945 et Carol, lui-même joint à Alix en 1960 », a souligné le CEO lors de l’ouverture de l’expo. Si, à son origine, l’Anglo-Mauritius avait pour objectif de protéger et de préparer la retraite paisible de centaines de Mauriciens, son activité s’est vite étendue à des plans de prêt logement qui ont permis à des milliers de familles de posséder leur maison et à des entrepreneurs de développer leur entreprise à travers ses prêts commerciaux. « Face à la menace récurrente que représentent les cyclones, il est essentiel, à l’époque autant qu’aujourd’hui, de protéger ses biens acquis durant toute une vie. C’est ainsi que les assurances générales comme les assurances-vie et les plans d’investissement prennent toute leur importance », rappelle Louis Rivalland.
Le passionné d’histoire Emmanuel Richon, du Blue Penny Museum, a pour sa part évoqué ces « phénomènes hors du commun, ces forces de la nature que Maurice croise tous les quinze ou vingt ans ». « On se rappellera notamment de celui de 1892, qui a connu 1 200 morts environ et beaucoup plus de blessés encore, rasant Port-Louis en un temps record et traumatisant durablement tout un pays en quelques heures. 1931 qui a fait découvrir aux habitants l’importance des systèmes d’assurance dans la prévention. 1945, plus pernicieux, qui a fait des dégâts immenses, mais qui se vit rafler la vedette par des événements mondiaux d’une autre teneur. Sans oublier Carol, médiatique à souhait, qui métamorphosa le pays, le relançant dans une reconstruction jamais égalée et durable. Ou encore, Dina, en 2002, avec des vents à 222 km/h à Port-Louis et un passage sur l’île extraordinairement long », a relaté M. Richon.
« C’est pour cette raison, a poursuivi le CEO de l’Anglo-Mauritius, que forts de nos 60 ans d’expérience en matière de protection des Mauriciens, nous avons souhaité persévérer notre rôle de conseiller et de fournisseur de produits d’assurances innovants et performants ». À 60 ans, dit-il, l’Anglo-Mauritius est une compagnie solide, tant au niveau de sa réputation que de sa performance financière. Et de rappeler qu’« il est important de savoir choisir une compagnie d’assurance. C’est sa solidité financière et sa capacité à évoluer pendant très longtemps qui seront le gage d’une protection assurée dans le futur ».