Le Réunionnais Jean-Denis Armand, paré du maillot du VCJCC-Bank One pour le Tour de Maurice, a remporté hier matin la troisième étape en 2h29’06, longue de 106 km, devant Yannick Lincoln, qui conserve le jaune. Auteur d’une très belle course d’attente et après son putsch raté mercredi, le Réunionnais n’a pas laissé filer sa chance en battant au sprint le porteur du maillot jaune qui, toutefois, peut rêver de se retrouver sur la plus haute marche du podium dimanche.
Avec 1’45 d’avance sur Emmanuel Chamand, on voit mal Lincoln lâcher l’affaire après l’étape d’hier. « En fait, c’est la première fois que je prends du temps sur l’étape de Curepipe. » Il peut donc sourire : le scénario de l’année dernière, où il avait perdu son maillot jaune à l’issue de cette troisième étape, ne se répétera pas. « On devrait arriver à gérer », lâche-t-il.
Quand il est sorti d’un peloton qui semblait plus mort que vif, on savait que Lincoln voulait surtout assurer son maillot. Mais qui saute dans sa roue ? C’est Armand. « Quand j’ai vu que Yannick est parti, je me suis dit qu’il fallait m’accrocher. Alors, je me suis mis là », expliquait le vainqueur du jour, malheureux la veille.
Alors, alliance dans l’air ? « Non », lancent les deux premiers du jour. Les deux avancent que l’accord était tacite. « J’ai collaboré avec lui », dixit JDA. « On s’est un peu aidés dans les dernières parties de la course », soutient Yannick Lincoln. Association payante pour les deux, puisque l’un gagne l’étape et l’autre conforte son maillot jaune.
Un maillot jaune qui n’a jamais vraiment été menacé avec la sortie de trois coureurs mal classés au général. Steward Pharmasse, Thierry David (BRSC-Samsung) et Jadrie Pieterse (Bionic-V-Office/Af. Sud) ont pris la tangente dès le km 2. Ne voyant aucune réaction, les trois fuyards accentueront leur avance. Au bout d’un moment, ils compteront 1’01 sur un peloton qui n’avait toujours pas décidé de se réveiller.
L’échappée du jour creusait même l’écart, portant l’avance à 1’40. Mais entre-temps, le peloton semblait vouloir jouer au yo-yo, réduisant l’écart à 49 secondes, puis les laissant remonter à 1’29. On était alors à Ferney, et le peloton, jusque-là endormi, semblait se réveiller définitivement. Les premières escarmouches surviendront à ce moment précis.
Les trois échappés tenteront de résister au retour du peloton. Pharmasse sera le premier repris. Thierry David cédera un peu plus tard. Pieterse, à l’origine de cette grande vadrouille, sera pour sa part le dernier des fuyards à être repris, ce qui lui vaudra le maillot rouge de la combativité.
Alors qu’on aborde la difficulté du jour, avec la montée de Cluny, on voit que les Réunionnais mettent le nez à la fenêtre. Emmanuel Chamand (VCSD/Reu), deuxième au général, aurait souhaité tenter le coup. Mais la sélection de Maurice, avec les lieutenants de Lincoln, mettait les bouchées doubles pour mieux lancer son leader, parti à la chasse derrière Fabien Gauvin (VCE/Reu).
À Cluny, un petit groupe formé de Richard Baret (VCO/Reu) Yannick Lincoln (MRI-Anglo Mauritius) Hugo Caëtane (MRI-Anglo-Mauritius) et Emmanuel Chamand (VCSD/Reu) entre autres se plaçait en tête de la course. Les côtes étant présentes, Lincoln imprimera un pas qui fera que tous se retrouveront lâchés, mais arriveront à recoller par la suite. Km 92 : Lincoln sort, imité par JDA. Les deux compères mettront rapidement 52 secondes à leurs poursuivants dans les lacets de Midlands.
« Ça se voyait qu’il voulait une victoire d’étape. En plus, il est 100 fois plus fort que moi au sprint. Donc, c’est logique qu’il s’impose », laissait entendre Yannick Lincoln. Maintenant, les choses sont plus compliquées avec l’étape de ce matin. Une étape qui s’annonce piégeuse à souhait…