Photo illustration (Photo by THOMAS KIENZLE / AFP)

Il s’est rendu à un enterrement d’un de ses proches à Saint-Paul. Il y a rencontré plusieurs personnes. D’ailleurs, à cette époque, les autorités n’avaient pas encore décrété le confinement total dans le pays. Et ce jour-là, Anil Jeetoo s’est aussi rendu dans un supermarché des hautes Plaines Wilhems. Il s’y est même restauré. Ce n’est que deux jours plus tard qu’il a commencé à avoir quelques symptômes de fièvre. Au départ, cet habitant de Camp-de-Masque pensait qu’il avait « juste un peu de fièvre ». Il s’est automédicamenté avec des remèdes classiques pour combattre la fièvre. Deux jours plus tard, cependant, sa température grimpant en flèche, il décide de se rendre à l’hôpital de Flacq. “A aucun moment, je ne pouvais penser être porteur du Covid-19, car je n’avais rencontré aucune personne rentrée d’un voyage récemment. J’ai pensé à une grippe saisonnière, voire à la grippe H1N1 », dit-il. Mais les résultats de l’examen n’allaient pas tarder à provoquer le choc…

Anil Jeetoo, un des premiers rescapés
du Covid-19 à Maurice

En effet, après une première consultation et un examen radiographique, les données indiquent qu’il doit être admis à l’hôpital. S’il passe un jour en salle d’isolation, le lendemain, un membre du personnel médical l’informe qu’il est Covid positif. Un véritable coup de massue pour Anil Jeetoo. « Mo pa ti ena toussé. Pas ti ena diarrhée ou soit vomissements sa bann symptômes Covid-là. Mo ti zis ena inper la fièvre », dit-il. Une situation qui l’inquiète, d’autant que sur le plan national et international, les nouvelles ne cessent de se multiplier sur le coronavirus qui fait des milliers de morts dans le monde. « J’étais très découragé. Je pensais à ma soeur et mes nièces avec qui je vis. J’essayais de repenser où j’avais pu contracter ce virus. C’était très dur », dit-il. L’habitant de Camp-de-Masque est immédiatement transféré en ambulance à l’hôpital de Souillac. S’il ne présentait aucun symptôme grave au commencement, en chemin il est pris de vertiges il est affaibli. Il ressent également des difficultés à respirer. « Le personnel médical m’a beaucoup aidé pour me remettre sur pied. Ils m’ont beaucoup encouragé. Ils ont été très professionnels et m’ont permis de reprendre confiance en moi. Cela m’a énormément aidé à garder le moral », se souvient Anil Jeetoo.

Chapeau au personnel soignant

lI est aussi soumis à un questionnaire pour le contact tracing. Ses proches sont sains et saufs. Cependant, l’une des personnes qu’il a rencontrées lors de l’enterrement auquel avait assisté est positive au Covid. Il est établi que cette personne avait fait ses courses au même supermarché qu’Anil Jeetoo et le même jour. Les autorités procèdent à la recherche des contacts.

Deux jours plus tard, le traitement déjà entamé, sans de gros effets secondaires, l’état de santé du quinquagénaire s’améliore peu à peu. Sa fièvre est plus ou moins contrôlée et il n’y a pas lieu de l’intuber. Décision est alors prise de le transférer au centre de Pointe-aux-Piments. Avec lui, trois autres patients. Eux aussi sur la voie de la guérison. Il y passera une dizaine de jours. « Quotidiennement, trois fois par jour, le personnel médical prenait ma température et m’administrait les médicaments nécessaires. Il n’y a rien à dire: le personnel médical a été très professionnel et j’ai suivi leurs conseils », dit Anil Jeetoo. D’ailleurs, dit-il, outre les médicaments, ce qui l’a aussi aidé à surmonter le Covid-19, c’est quelques exercices physiques légers, et l’absorption d’eau chaude à intervalles réguliers.

De jour en jour, le personnel hospitalier note des améliorations de son état de santé, si bien qu’on lui apprend durant le week-end dernier qu’il sera soumis à deux exit tests pour une évaluation de son état. « Le premier a révélé que j’étais négatif. J’étais soulagé, mais anxieux. Il y avait des cas où le premier test était négatif et le second positif. J’ai pris toutes les précautions, m’isolant plus que jamais dans ma chambre d’hôtel. A longueur de journée, je buvais de l’eau chaude et je faisais des exercices légers. Au bout de 48 heures, on a fait le second test et quand les résultats sont tombés, il était négatif », raconte Anil Jeetoo.

C’est avec un sentiment de soulagement qu’il est rentré chez lui dimanche dernier. A la maison, il est encore en isolation. « Il faut éviter le contact avec les autres. Je suis près de mes proches, mais je n’ai pas de contact avec eux. L’important c’est que je suis rentré à la maison et que je suis encore vivant ! »
dit l’habitant de Camp-de-Masque. Et pour cela, il remercie le ciel. « Si pa ti ena Bon Dieu, mo pa croire mo ti pou retourner. La foi inn fer moi support tout sa épreuve là », dit-il. Il a aussi une éternelle reconnaissance pour le personnel soignant. « Zot pe fer end travay formidable. Sans zot, patient ti pou pli malad. Not ena beaucoup patience ek compassion. Zot pe prend simoun bien compte alors ki zot même zot à risque », dit-il. Soulagé de s’en être sorti, Anil Jeetoo recommande aux Mauriciens d’être prudents. « Si ena lockdown, c’est pou nous bien meme. Rest lacaz. Suiv consigne ki p donne nou. Si zot senti zot p gagn la fièvre, Kan zt ale lopital, respecter social distancié ek dire docter la tout zot symptôme ek zot itineraire. Sa kapav sov ou la vie, la vie ou fami, ek nou pays », dit-il.