C’est au Domaine Izi, à Bambou, que Karl Brasse a fêté ses 75 ans hier. Son anniversaire était aussi l’occasion pour l’association Tourisme Professionnel de lui remettre un certificat ainsi qu’une médaille pour sa contribution à la musique mauricienne.
Karl Brasse est un musicien à la fois connu et méconnu, en dépit de sa très longue carrière musicale sur la scène locale et internationale. On l’a souvent vu à la télévision, aux côtés de Gérard Cimiotti, pour des concours organisés par la MBC. Tout le long de sa carrière, il a contribué à faire vivre le séga et a permis à de nombreux artistes d’émerger et de sortir de l’ombre.
De fil en aiguille, Karl Brasse s’est fait connaître en jouant dans des boîtes de nuit, pour des soirées d’anniversaire et des cérémonies nuptiales, au sein des différents groupes auquel il a appartenu. Quand l’industrie touristique a démarré, dans les années 70», il faisait alors partie des premiers musiciens à se produire dans des hôtels. Des souvenirs qu’il garde modestement en mémoire.
« J’ai connu une époque bien différente que les artistes d’aujourd’hui connaissent. À mon époque, on fabriquait nos instruments avec des boîtes de beurre et on jouait ! La musique avait un sens très prononcé pour nous et il nous fallait à tout prix jouer. C’était notre passion. C’est cela qui nous a permis de nous réunir », explique Karl, avant d’ajouter : « Cette année, je voudrais faire un album, car malgré mon âge, j’ai encore tellement de compositions en tête. Ma phobie est de mourir sans avoir eu le temps de les enregistrer. »
C’est entouré de ses proches et de ses amis que le musicien a fêté hier son anniversaire. L’occasion aussi pour lui de recevoir une médaille de l’association Tourisme Professionnel ainsi qu’un certificat pour son implication dans le monde de la musique locale. « Karl a été un pilier à Maurice et dans le monde de la musique. Sans lui et les autres musiciens de son époque, nous n’aurions pas ce que nous avons aujourd’hui. C’est pour cela que nous avons souhaité lui remettre cette médaille. Nous voulions lui donner la reconnaissance qu’il mérite et qu’il sache qu’on reconnaît son travail », a expliqué Allan Marimootoo, président de l’aile culturelle de l’association.