L’école de musique chinoise est depuis toujours installée au Student Bookshop, mais les répétitions qu’elle tient actuellement pour son 30e anniversaire ont besoin d’espace pour accueillir les nombreux musiciens impliqués dans la préparation de ce concert exceptionnel. Elles ont lieux chaque soir dans un autre lieu emblématique de Chinatown, à savoir à la Chinese Middle School, qui fête cette année ses 104 ans. Une bonne occasion pour en savoir un peu plus sur ces beaux instruments asiatiques, aux sons si subtiles et envoûtants. Rendez-vous sur réservation le 30 juillet, à 19h30, au Centre culturel chinois, pour un concert gratuit.
Lew Shin Sin Chan l’avoue, il n’a plus toute l’énergie qu’il faudrait pour jouer encore en orchestre et répéter tous les soirs, comme le font en ce moment les 35 musiciens embarqués dans la préparation du concert « Our journey ». Il y a 30 ans, ce Monsieur a fondé avec quelques amis l’école de musique chinoise (School of Chinese Music) et à son apogée, celle-ci a pu composer un orchestre complet de quelque 40 musiciens… Notre interlocuteur ne joue plus en public mais il a initié beaucoup de jeunes Mauriciens, tels Danny Onsiong au erhu, ce violon chinois à seulement deux cordes, qui n’en produit pas moins un son gracieux, et constitue le corps sonore de l’orchestre.
Pour nous faire comprendre l’esprit de la School of Chinese Music, il partage avec nous cette nuance très importante : « Notre école est une école de musique chinoise, et non pas une école chinoise de musique… » Aussi, si elle tient son grand concert anniversaire samedi prochain au Centre culturel chinois, elle le fera en école mauricienne, ouverte comme d’ailleurs la plupart des grands orchestres asiatiques actuels, à certains instruments occidentaux, et à des musiciens réunis par leur passion pour la musique chinoise bien avant leur appartenance identitaire.
En poste à la City après ses études de sciences économiques à Cambridge, Danny Onsiong consacre ses trois semaines de vacances à la préparation de ce concert anniversaire, qui nécessite entre autres une grosse recherche de sponsors. Mais avec Shirleen Ah Sen et Ah Noo Lam, respectivement joueuse et joueur de yangqin et de dizi, ils arrivent à remuer ciel et terre pour atteindre leurs objectifs. Danny a aussi fait marcher son propre réseau d’amitiés avec le Cambridge University Chinese Orchestra notamment, pour faire venir trois “special guest” de Malaisie, Hong Kong et Singapour.