Le ministère des Finances a donné six mois aux casinos mauriciens qui enregistrent des pertes pour assainir leur situation financière et une année pour enregistrer des profits, a annoncé samedi Vishnu Lutchmeenaraidoo.
Le prochain budget, affirme le ministre des Finances, comprendra des mesures visant à nettoyer et à mettre de l’ordre dans le secteur du jeu avec toutes les implications qui les accompagnent. « Nous ferons en sorte que l’industrie du jeu opère de façon morale et acceptable », dit-il. Vishnu Lutchmeenaraidoo a accusé l’ancien gouvernement d’avoir réussi à créer une « nation zougader », un cancer qui affecte le pays. Le pays, dit-il, est infesté de maisons de jeu et de casinos. Il a voulu pour preuve le fait que certaines rues, que ce soit à Triolet, à Flacq ou à Vacoas, sont désertes à certaines heures la nuit pour laisser la place aux bouncers et aux zougader.
Le ministre des Finances a rappelé la volonté du gouvernement de réaliser un miracle économique. « Il faut pour cela une nation disciplinée, qui travaille. C’est grâce à l’effort et au travail qu’on pourra reconstruire cette nouvelle économie ».
Actuellement, le gouvernement accorde des subsides de Rs 475 M aux casinos qui perdent de l’argent. « Il n’est pas possible que l’argent public soit utilisé pour subventionner des casinos qui logiquement n’auraient pas dû perdre de l’argent », dit-il.
Le ministre des Finances a, d’autre part, observé qu’en 2009, le gouvernement a autorisé la fermeture d’un casino à Trou-aux-Biches, après avoir pris à sa charge les salaires de 250 employés qui coûtent actuellement Rs 300 M au GM. Le gouvernement actuel, ajoute-t-il, a autorisé l’ouverture de casinos dans les hôtels à l’intention des touristes, ce qui permettrait d’embaucher les 250 employés limogés à Trou-aux-Biches en 2009. « Des mesures sont prises dans les hôtels pour le besoin touristique et dans le but de faciliter le déploiement des 250 employés ».
Au chapitre de la transparence, Vishnu Lutchmeenaraidoo a annoncé la nomination de l’ancien secrétaire financier Madhukarlall Baguant comme président du Mauritius Procurement Board. Un comité présidé par Dev Manraj se penchera sur l’embauche du personnel supplémentaire. Cette décision fait suite à la politique gouvernementale visant à s’assurer que le maximum de contrats conclus par le gouvernement passe par les appels d’offres afin de mettre fin aux gaspillages observés sous l’ancien pouvoir.
Le ministre des Finances a dénoncé l’ancien gouvernement qui fonctionnait, dit-il, dans l’opacité. « Ce qui a permis la construction d’un aéroport, qui aurait pu coûter Rs 8 milliards, à un coût de Rs 14 milliards et d’encourir des dépenses de l’ordre de Rs 1,5 milliard pour des cartes d’identité qui devraient coûter, normalement, Rs 400 M. Nous voulons dissiper cette opacité à travers des appels d’offres. Dorénavant tous les achats du gouvernement se feront par appels d’offres ».
Par ailleurs, il est revenu sur la volonté du gouvernement de passer par les appels de candidature dans la majorité des cas le recrutement de CEO dans le secteur public (corps para-étatiques, où le gouvernement a des intérêts). « Toutefois l’État a des obligations où les nominations doivent être faites d’urgence sans passer par les appels de candidatures. Déjà une vingtaine de postes ont fait l’objet d’appel de candidatures », a-t-il précisé.