Le nouvel épisode du rapport du Pay Research Bureau – notamment les travaux du Committee on Errors, Omissions and Anomalies sous la présidence de Dev Manraj – sera entamé dès le 4 janvier prochain. C’est ce qui découle de la mise au point des attributions de cette instance de révision du rapport du PRB, accordant une moyenne de révision salariale de 17 % à compter de janvier 2013.
En cette fin de semaine, le nouveau commissaire salarial Dev Manraj, qui aura pour assesseurs Dev Ruhee (ancien Senior Chief Executive de la fonction publique et président du Public Officers’ Welfare Council) et Khemil Gobin (directeur The Edge Consulting Limited), a eu des consultations avec les présidents des différentes fédérations syndicales de la Fonction publique, dont Rashid Imrith de la Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP), au sujet du programme de travail jusqu’au 29 mars, date de la publication du rapport sur les Errors, Omissions and Anomalies des recommandations du PRB. Ainsi, la date limite pour la soumission des mémoires et autres représentations portant sur les conclusions du rapport a été maintenue au lundi 31 décembre par le truchement du ministère de la Fonction publique et les Réformes administratives. De ce fait, les dirigeants des fédérations syndicales, les syndicalistes de la Fonction publique et des corps parapublics devront mettre les bouchées doubles en cette fin d’année pour respecter cette première échéance.
De son côté, le commissaire salarial a indiqué qu’il compte entamer les séances de travail dans les meilleurs délais. De ce fait, Dev Manraj et ses deux collaborateurs tiendront une première séance de travail dès la rentrée, soit le vendredi 4 janvier. Ils comptent rencontrer les syndicalistes de la Fonction publique et envisagent même de procéder au démarrage des auditions.
À ce stade, aucune indication n’est disponible quant à l’identité la fédération syndicale ou du syndicat appelés à déposer en premier. Dans les milieux autorisés, l’on avance que tout dépendra, dans une grande mesure, du travail abattu par le secrétariat du comité sur les Errors, Omissions and Anomalies en collaboration avec le ministère de tutelle.
Au cours de la période de janvier à la mi-février, le comité Manraj envisage de procéder à l’audition des syndicalistes avec des séances quotidiennes de die in diem si le besoin se fait sentir. Les séances se tiendront au huitième étage du Emmanuel Anquetil Building. De la mi-février à la fin de mars, Dev Manraj et ses deux assesseurs s’attelleront à la tâche de l’analyse des données et de la rédaction du rapport.
Dans un premier commentaire public, après avoir pris connaissance officiellement des attributions du comité salarial Manraj, le président de la FSSP Rashid Imrith soutient que « les attributions élargies, s’apparentant à celles de l’ancienne commission salariale, présidée par Donald Chesworth pour la Fonction publique en 1987, constituent une indication majeure que le gouvernement comprend les attentes des fonctionnaires avec ce rapport post-PRB ».
Le 30 novembre, le président de la FSSP avait écrit au Premier ministre Navin Ramgoolam pour réclamer des éclaircissements au sujet des attributions et du calendrier de travail du comité Manraj. Rashid Imrith avait sollicité une rencontre avec le chef du gouvernement. « The Federation is of the opinion that the committee should be given adequate time and a fair opportunity to give a rational and equitable consideration to all cases on Errors, Omissions and Anomalies of the PRB Report 2013 that have been and will be submitted. This is a normal expectation for each and every one making a case on the invitation of Government. The Federation believes that there is need for consultation in view of reaching consensus on a reasonable time for the release of a consistent and rational report. This with a view to preventing the : release of a highly objectionable report, or the postponing of the report for sine die », note le syndicaliste dans sa communication officielle.
Dans les attributions officielles, le comité Manraj a pour mandat de « determine in the light of such representations the extent to which it is appropriate, necessary and advisable to modify the reports of the PRB and accordingly make such other additional recommendations ». Cette dernière attribution est accueillie favorablement par les syndicalistes qui avouent que le comité Manraj n’a pas les pieds et poings liés pour le rapport salarial du 29 mars.