La Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ sert de référence dans le développement d’une nouvelle stratégie de lutte contre le dopage, avec l’introduction du profilage biologique des joueurs comprenant des échantillons de sang et d’urine pour la première fois à une Coupe du Monde de la FIFA™.
D’après le rapport sur la première phase du programme publié par l’Unité antidopage de la FIFA, 800 – soit 91,5 % des joueurs inclus sur les listes finales – ont passé des tests de sang et d’urine avant la compétition dans le cadre de cette nouvelle stratégie. Conformément au Règlement antidopage de la FIFA, ceux qui n’ont pas encore été testés peuvent l’être et le seront à un moment ou à un autre de Brésil 2014. Aucun cas positif n’a été décelé lors de ces contrôles réalisés avant le tournoi.