« La plupart des plaintes qu’on reçoit au ministère ont trait à la mauvaise manière de parler. Cela laisse à réfléchir », a dit ouvertement le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, lundi après-midi lors de la célébration de la Journée mondiale des patients au Cardiac Centre de Pamplemousses. Ne voulant pas être trop critique et mettre tout le personnel soignant dans le même panier, il dit souhaiter que le langage utilisé par certains médecins et infirmiers « change pour le bien des patients ». « Il n’y a pas d’empathie ni de respect envers les patients ». C’est ce que constate le ministre de la Santé, Anwar Husnoo. Il a fait mention d’un médecin, qui vient d’être nommé dans un hôpital public et dont la manière de parler a été sévèrement critiquée. Il avance qu’il lui fera connaître ce qu’il en pense lorsqu’il le rencontrera. « Il sera dans des eaux troubles s’il refait la même chose », avance le ministre, ajoutant qu’il ne « faut pas traiter les patients ainsi ».

Anwar Husnoo constate également « un manque d’empathie » de la part du personnel soignant à l’égard des patients. « La communication laisse à désirer », a-t-il observé devant un parterre composé essentiellement de médecins, infirmiers, auxiliaires et “cleaners”.
Le ministre évoque également le manque de propreté dans les hôpitaux. « Pourquoi ne donnons-nous pas le même service qu’une clinique privée ? » se demande-t-il, faisant ressortir « le manque de volonté du personnel de l’hôpital ». Par ailleurs, il a mentionné le recrutement de 500 médecins additionnels pour la période de janvier 2015 à aujourd’hui. Le nombre est passé de 580 à 1 080 en trois ans.

Lors de cet événement, Anwar Husnoo a mentionné l’aménagement d’une pharmacie centrale pour le stockage de tous les médicaments. Les médicaments, souligne-t-il, sont pour l’instant stockés un peu partout. De plus, soutient-il, le Master Plan en vue de transformer l’hôpital sir Seewoosagur Ramgoolam en un hôpital d’enseignement « est en cours ». S’agissant du nombre de visites que reçoivent les hôpitaux, elles s’élèvent à 9,1 millions, et 2,1 millions dans les dispensaires en 2016.

Le Dr Dinassing, Regional Health Director, a souligné la baisse du nombre de patients dans les hôpitaux. Selon ses chiffres, il y a eu 436 678 patients traités dans les hôpitaux cette année, contre 443 670 en 2016, soit 2,5 % de moins. De son côté, le Dr Syed Cassim Jeehan, président du Trust Fund for Specialised Medical Care (TFSMC), soutient que plus de 1 000 chirurgies ont pu se faire dans le nouveau Cardiac Centre de l’hôpital Victoria. Toutefois, il relève le manque de chirurgiens spécialistes en cardiologie pédiatrique à Maurice.

De ce fait, le TFSMC travaille en ce moment avec une institution italienne sur un protocole d’accord pour que des interventions puissent se faire sur des enfants et des adultes à Maurice.