Le traitement d’un patient au moyen des cellules de sa moelle osseuse représente un espoir pour des patients condamnés à l’amputation ou à des maladies invalidantes irréversibles. Des malades ont été traités avec succès au moyen de cette méthode au Stem Cell Therapy Department de l’hôpital Apollo Bramwell.
Le Dr Salah Aljanabi, chef du Stem Cell Therapy Department d’Apollo Bramwell Hospital, explique que les cellules de moelle osseuse prélevées sur le patient régénèrent ses vaisseaux sanguins. Ce médecin, qui détient un PhD en génétique moléculaire de l’Université de l’Iowa aux États-Unis, a mené durant 20 ans des recherches moléculaires et génétiques. Selon lui, la technologie de traitement cellulaire permettra d’améliorer les traitements de la plupart des maladies majeures là où la médecine traditionnelle a échoué.
Les pouvoirs curatifs et régénérateurs des cellules de moelle épinière s’appliquent aux traitements des artères obstruées, de la gangrène, des pieds des diabétiques risquant l’amputation, des maladies cardiaques et orthopédiques, notamment les blessures des sportifs. Les diabétiques en particulier peuvent au moyen de cette thérapie éviter les complications cardio-vasculaires associées à leur état.
« Cette technologie guérit des blessures et tissus endommagés et sauve des vies », déclare Valérie Rawat, Chief Executive Officer d’Apollo Bramwell Hospital.
Maladies cardiaques et orthopédiques
L’un des cas traités avec succès à Apollo Bramwell est celui d’un jeune homme de 33 ans qui souffrait de nécrose vasculaire aux deux hanches depuis 2006. Le trentenaire éprouvait de sérieuses difficultés à marcher à cause de la douleur. Condamné au fauteuil roulant, il a été traité par la thérapie cellulaire de moelle osseuse. Cela lui a évité une intervention pour remplacer ses hanches par des prothèses.
Deux semaines après son traitement, le patient s’est senti mieux et avait moins mal. 13 semaines après l’intervention, l’imagerie à résonance magnétique (MRI) et la radiographie ont montré une régénération de l’os fémoral. Le jeune homme marche aujourd’hui normalement.
Le département de thérapie cellulaire de la clinique de Moka réunit des médecins et scientifiques formés aux États-Unis, en Europe et en Australie. L’hôpital Apollo Bramwell a conclu des accords de coopération avec des universités renommées en Allemagne et en France.
Le Dr Aljanabi explique que l’utilisation de la moelle osseuse du patient régénère non seulement les tissus endommagés mais réduit aussi les risques de rejet des cellules. D’autres « success stories » ont été relatées par le Stem Cell Therapy Department. Un homme de 86 ans, diabétique et alité, souffrait d’une ulcération sur son pied gauche et perdait sa peau depuis plus de deux mois. Celle-ci était devenue noire. Sa circulation sanguine était mauvaise. Les médecins ont diagnostiqué des artères bouchées dans la jambe gauche. Le traitement cellulaire a commencé en février 2011 au moyen de sa propre moelle osseuse associée à des greffes de peau. Quatre mois plus tard, le patient n’avait aucune trace d’ulcération. L’angiographie a révélé une régénération des vaisseaux sanguins.
Le cas d’un homme de 71 ans atteint de gangrène et condamné à l’amputation montre aussi une amélioration significative dix jours après l’intervention. Trois greffes de peau effectuées à l’étranger sur ce patient avaient échoué.