Le Fractional Flow Reserve (FFR) est une nouvelle technologie introduite depuis peu à l’hôpital Apollo Bramwell pour mesurer la sévérité des blocages du flux sanguin dans les artères coronaires.
Selon les études scientifiques, l’usage d’un FFR entraîne une baisse de 30 à 40 % des complications cardiaques, réduit les crises cardiaques et les décès. En outre, il permet d’éviter les angioplasties à répétition ou la chirurgie cardiaque. Le FFR est une mesure physiologique qui aide les médecins à mieux identifier la ou les lésions spécifiques responsables chez le patient d’une circulation sanguine déficiente. « En tant que cardiologue, nous sommes préoccupés non seulement par le bien-être de nos patients, mais nous voulons aussi leur offrir les soins les plus appropriés pour un problème de santé aussi complexe », explique le Dr Mahesh Krishna Kumar, Consultant en Cardiologie Interventionnelle à l’hôpital Apollo Bramwell.
La coronaropathie ou maladie coronarienne est le type le plus commun de pathologie cardiaque. Elle est provoquée par un rétrécissement ou un blocage des artères en raison de l’accumulation de plaque qui limite le flux sanguin, et réduit la quantité d’oxygène distribuée aux cellules du coeur. Ainsi dans le traitement de la coronaropathie, il existe plusieurs outils de diagnostic. Le plus classique est la coronarographie, qui est un examen radiologique des vaisseaux sanguins dans le coeur et qui montre les blocages dans les vaisseaux sanguins. C’est à la suite de cet examen que le médecin décidera si le patient devra subir une procédure chirurgicale ou pas.
« Cette approche est tout à fait raisonnable lorsque l’angiographie démontre clairement si un vaisseau sanguin est sévèrement bloqué. Cependant, l’angiographie a des limites et c’est souvent difficile de déterminer l’étendue des lésions surtout quand leur gravité est modérée. D’où l’importance d’un FFR », souligne le Dr Mahesh.
Le FFR est effectué en plaçant un fil, équipé d’un capteur de pression sur la pointe, dans l’artère touchée. Après l’administration d’un médicament (l’adénosine) pour dilater et augmenter le flux sanguin vers le coeur, les pressions sont mesurées dans la partie normale de l’artère et celle où il y a un blocage pour déterminer tout risque d’ischémie (diminution de la circulation du sang dans l’artère) et décider du type de traitement.
Le FFR est en mesure de mieux diagnostiquer les cas qui nécessitent vraiment une intervention, explique le cardiologue, en sus d’économiser des coûts de soins. Cette technologie permet aux médecins de prodiguer les soins les plus appropriés selon les cas.