Hapsa Khoyratty, reconnue coupable de blanchiment d’argent aux côtés du trafiquant Curly Chowrimootoo en Cour intermédiaire, avait écopé de trois ans de prison le 8 août. Ayant décidé d’interjeter appel de ce jugement, elle demande la liberté conditionnelle jusqu’au verdict final du procès en appel. La poursuite ayant objecté à cette requête, la cour rendra sa décision le 3 novembre.
Bibi Hapsa Khoyratty, âgée de 39 ans, répondait de deux accusations de blanchiment d’argent en Cour intermédiaire. Elle était accusée d’avoir, sous la première charge, fait transférer Rs 45 513 sur le compte de Harry Ngala Sakina, au Kenya, le 20 octobre 2010, utilisant comme prête-nom Rasoolbee Korimboccus, un habitant de Port-Louis. Sous la deuxième charge, elle est accusée d’avoir fait transférer Rs 44 850 à Victor Opiyo Oduor, toujours au Kenya, le 21 octobre 2010, utilisant cette fois comme prête-nom celui d’un habitant de Terre-Rouge. Selon la police, l’argent a servi à financer une importation d’héroïne. Elle était poursuivie au côté du trafiquant notoire Curly Chowrimootoo, déjà condamné à 25 ans de prison pour possession d’héroïne en 2014 devant les Assises.  
En Cour intermédiaire, il lui avait été reproché d’avoir effectué un transfert de USD 12 000 et de Rs 80 000  à l’ordre du Malgache Eliane Ramiarimanana le 7 octobre. Le deuxième transfert a eu lieu le 15 octobre dans une succursale de Thomas Cook, à Quatre-Bornes. Curly Chowrimootoo avait versé Rs 462 000 à Swaleh Ahmed, en Tanzanie, en utilisant le prête-nom de Charles Ludovic Bauda. Ces sommes d’argent provenaient de l’importation d’héroïne.
Le magistrat Vijay Appadoo, dans le prononcé du verdict, avait rappelé que Curly Chowrimootoo comptait plusieurs délits à son actif. Il lui avait de fait infligé cinq ans de prison pour ce délit. Hapsa Khoyratty avait quant à elle écopé de trois ans de prison. Ayant décidé de faire appel de sa condamnation, elle voulait ainsi obtenir la liberté conditionnelle en attendant la tenue et les conclusions du procès en appel. L’avocat du parquet, Me Prashant Bissoon, a objecté à sa demande. La magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing fera part de sa décision le 3 novembre.