Derreck David a poussé un grand ouf de soulagement quand le président du board d’appel, Me Patrice Doger de Spéville, a annoncé le verdict dans l’appel que le jockey avait interjeté pour sa monte sur Sole Mio (4 semaines de suspension et Rs 50 000 d’amende). Le comité était aussi composé de Me Ravi Bhookun (avocat) et de MM. Frantz Merven, Alain Tennant et Phunindranath Padaruth. Le Chairman devait souligner qu’il ferait connaître les conclusions de son board ultérieurement.
Après avoir purgé deux semaines de suspension suite au rejet de son appel concernant la course de Seeking Angelo lors de la 9e journée, voilà Derreck David qui retrouve les étriers ce samedi. Il espérait obtenir une réduction de peine et s’est dit surpris quand il lui fut annoncé que ses sanctions avaient été annulées et que les frais de l’appel lui seraient remboursés.
Du côté des Racing Stewards, c’était la consternation car rien n’indiquait qu’un tel dénouement aurait eu lieu. La question que la majorité des turfistes doit se poser est comment les sanctions de Derreck David ont pu être annulées. C’est Me Yahia Nazroo (avocat) qui le représentait. Ce dernier a formulé pas moins de 19 grounds of appeal. Il a soutenu que la charge émise à l’encontre de Derreck David était vague et que le jockey n’avait pas été sanctionné sur la partie de la course qui avait été sujette à discussion au cours de l’enquête.
« The charge as style is vague, as it does not precisely state which part of the race is being reproached to the Appellant the moreso that there is a glaring discrepancy between the parts of the race inquired into and the part of the race subject matter of the charge ».
Mais aussi que « the RS inquired into a section of the race, which is different from what they have reproached the Appellant in the charge, which covers the part after the 1000m mark for a distance which is indefined. Therefore, the evidence does not support the charge and the Appellant cannot be convicted in the circumstances ».
L’enquête, selon la partie appelante, était concentrée sur le départ jusqu’aux 1200m, alors que la sanction découlait du fait que Derreck David avait sollicité sa monture à partir des 1000m sans donner plus d’indications. Il trouva aussi qu’il n’a pas été dit quelles furent les conséquences du move de son client. Si le cheval aurait pu terminer dans l’argent par exemple. Toujours selon lui, il fallait prendre en considération plusieurs éléments concernant le cheval Sole Mio, dont les instructions données, avant d’arriver à la conclusion que le jockey avait fauté.
Me Sanjay Bhuckory, qui représentait le board des Racing Stewards, avait trouvé que la charge émise à l’encontre de Derreck David pouvait être disséquée en deux parties : du départ jusqu’aux 1200m et à partir des 1000m. Il a été d’avis que dans la première partie, le jockey David avait vigoureusement sollicité sa monture et que cela ne pouvait être contesté. Il devait aussi souligner que le le jockey avait bien compris ce qui lui était reproché.
« The consequences that Sole Mio could have finished placed is not an element that has to be pleaded. He finished second last at 14.75L from the winner. The urging was counter-productive and he faded badly in the concluding stages. Derreck David is an experienced jockey and that move incluenced on the performance of his horse », avait-il ajouté.