Les dernières données relatives à l’énergie par Statistics Mauritius pour l’année dernière devront relancer la polémique sur la pertinence d’une révision à la baisse des tarifs pratiqués par le Central Electricity Board. En moyenne, la facture d’importation pétrolière et de charbon pour les besoins d’Electricity Generation a baissé de 8,7% en 2016. En parallèle, le charbon continue d’occuper le paysage énergétique avec une moyenne de 41,6% alors que les sources d’énergie renouvelables se pointent à hauteur de 21,8%. Le Three-Year Rolling Plan pour la période couvrant 2017/18 à 2019/20 mise sur une progression graduelle des Renewable Sources of Energy de 21% en 2016 à 35% en 2030 après avoir transité à 28% en 2020.
Les dernières indications officielles révèlent que les importations de produits pétroliers et de charbon pour produire de l’énergie électrique ont coûté Rs 21,1 milliards l’année dernière contre Rs 23,2 milliards pour l’année précédente, soit 8,7% de moins même si le volume a augmenté de 11% pour les produits pétroliers et de 15% pour le charbon. De ce fait, la baisse des prix à l’importation au niveau des différentes composantes est encore plus substantielle. « During the same period, decreases in average imports price of petroleum products were registered as follows : coal – 13,4% , gasolene, – 16,5%, dual purpose kerosene – 17,2%, fuel oil – 20,8% and LPG – 26% », note le dernier rapport en date de Statistics Mauritius apportant de l’eau au moulin de ceux qui revendiquent une révision générale des tarifs d’électricité.
De 2015 à 2016, la vente d’unités d’électricité n’a progressé que de 2,2%, soit en-dessous du taux de croissance économique, passant de 2 505 GWh à 2 559 GWh  alors que le tarif moyen est de Rs 6 l’unité. La consommation moyenne d’énergie électrique par tête d’habitant était de 2 025 kWh en 2016, soit 2% de plus qu’en 2015. Les 413 068 abonnés domestiques du CEB ont consommé 854 489 MWh avec des factures s’élevant à Rs 4,9 milliards. Les 41 879 abonnés commerciaux ont payé Rs 6,8 milliards pour les P27 830 MWh alors que la catégorie des industriels se retrouve avec Rs 2,6 milliards pour les 735 829 MWh. En 2016, la vente de 2,6 millions de MWh a permis au CEB d’engranger des recettes de Rs 14,7 milliards, soit Rs 300 millions de plus qu’en 2015.
Pour les besoins de production d’énergie électrique, Maurice a importé 219 116 tonnes de Fuel Oil, 1 025 tonnes d’huile lourde, de 701 225 tonnes de charbon et de 1,1 million de tonnes de bagasse en 2016. L’énergie produite à partir de la bagasse a connu une croissance de 7,2% d’une année à l’autre pour atteindre 1 267 GWh. Par contre, le poids du Dual-Purpose Oil et du diesel a chuté de 1,9% avec 1 110 GWh. « Electricity generated from renewable sources decreased from 681 GWh to 663 GWh, down by 2.6%. Landfill gas went down by 5% from 20 GWh to 19 GWh, bagasse by 2.5% from 510 GWh to 497 GWh and hydro by 18.0% from 122 GWh to 100 GWh. On the other hand, photovoltaic increased by 15.4% from 26 GWh to 30 GWh, and wind significantly increased from 3 GWh to 18 GWh », fait ressortir Statistics Mauritius, qui souligne que « the main energy source for electricity generation was coal (41.6%), followed by diesel and fuel (36.5%) and renewable sources (21.8%) ».