Dans l’affaire impliquant le Deputy Commissioner of Police (DCP) Dev Jokhoo et Didier Nombreuse, quatre autres personnes ont été arrêtées et libérées sous caution hier. Nombre dhabitants de Terre-Rouge se disent consternés par le déroulement des événements à la suite de cet incident qui sest produit le vendredi 30 décembre dans la localité. Ils déplorent même la manière de procéder de certains. Par ailleurs, deux membres de la famille Lebon, dont un septuagénaire, ont dû comparaître devant la cour de district de Pamplemousses hier après-midi.
Comme rapporté dans l’édition du Mauricien hier, quatre autres personnes habitant la localité ont été arrêtées dans l’affaire impliquant le Deputy Commissioner of Police (DCP) et chef de la National Security Service (NSS) Dev Jokhoo et un jeune habitant de Terre-Rouge Didier Nombreuse. Jacques Hurbain Lebon (70 ans), Jean Winsley Hurbert Lebon (34 ans), Louis Mario Content (41 ans) et Christophe Content (25 ans) se sont présentés hier après-midi devant le magistrat Kevin Moorghen siégeant à la cour de district de Pamplemousses où une charge provisoire de rébellion a été logée contre eux sous l’article 144 du Code criminel. Ils ont bénéficié de la liberté conditionnelle contre une caution de Rs 3 000 chacun.
Des habitants de Terre-Rouge se disent consternés par ce qui s’est passé. L’incident a eu lieu le vendredi 30 décembre. Selon la version de Didier Nombreuse et des habitants de l’endroit, le haut gradé de la police au volant de sa BMW flambant neuve lui aurait fait une queue de poisson dans un virage alors qu’il était à moto. C’est en rappelant le chef des services de renseignements à l’ordre que celui-ci l’aurait agressé à l’aide d’une matraque. Le DCP Dev Jokhoo nie en bloc les accusations du jeune Didier Nombreuse. Il allègue que ce dernier a proféré des injures à son égard et donné des coups de casque sur sa berline, effrayant ainsi des membres de sa famille qui étaient dans la voiture. Le chef des services de renseignements maintient qu’il n’a pas utilisé de matraque depuis des années.
A la suite de cet incident – qui ne cesse de faire l’objet de commentaires, les uns plus virulents que les autres – plusieurs unités de la police s’étaient déplacées ce soir-là. Les habitants de quartier en ont compté plus d’une dizaine… Selon un de nos interlocuteurs, il y avait beaucoup de véhicules ce soir-là sur la « main road » de la localité. Le trafic aurait été perturbé pendant environ une heure compte tenu des événements.
D’autre part, hier matin, vers les six heures, environ cinq véhicules de la police s’arrêtent près du domicile des Lebon. Le septuagénaire Jacques Hurbain Lebon et son fils Jean Winsley Hurbert Lebon sont interpellés par les agents qui leur ont demandé de les suivre au poste de police pour une déposition sur l’affaire du 30 décembre. « Enn bolom 70 ans… Kouma dir pe vinn aret teroris sa manier zot inn ankadre lakaz-la », avance une habitante de la région. Et d’ajouter : « An plis bolom-la ena diabet, li pa tro bien. »
Didier Nombreuse, les quatre suspects arrêtés hier ainsi que d’autres personnes, auraient refusé de coopérer avec la police. Les limiers leur avaient demandé d’évacuer les lieux.
Des habitants de Terre-Rouge n’ont qu’un souhait : que justice soit faite concernant l’incident entre Didier Nombreuse et Dev Jokhoo.