Avec l’inculpation, hier, du Dr Zouberr Joomaye dans l’enquête du Central CID en marge du scandale du siècle du rachat de la clinique MedPoint, le MMM est sur le pied de guerre contre le Premier ministre Navin Ramgoolam et le gouvernement du jour. Ainsi, le leader de l’opposition Paul Bérenger, entouré du Dr Joomaye et des principaux dirigeants du parti, prévoit un point de presse dans la matinée demain pour passer en revue et dénoncer les « méthodes de Tonton Macoute » adoptées par la police dans le cadre de cette affaire.
En attendant cette étape, la « written statement on my own hand » du Dr Joomaye au Central CID avant sa comparution en Cour de Port-Louis, hier, donne le ton de l’offensive du MMM. Les 15 paragraphes de cette déclaration écrite constituent un véritable Indictment des méthodes et procédures relevant de la Gestapo et adoptées par les limiers du Central CID pour le déroulement de cette séance d’interrogatoire Under Warning étalée sur deux jours.
« I must stress straight away that this Gestapo enquiry is comprised of oppressive questioning political in substance, to which I have been subjected by political agents bent on pleasing the head of the government of the day, pursuant to a declaration given by the latter for the diffusion of false news », écrit d’entrée de jeu le candidat malheureux du MMM aux élections générales du 5 mai 2010 dans la circonscription No 13.
Le Dr Joomaye ajoute que la teneur des questions posées par les officiers de police ne comporte pas de pertinence avec le scandale MedPoint. « Most of the questions I have been asked are a long way from the MedPoint Scandal », fait-il comprendre en avançant que le report du premier rendez-vous avait déjà suscité des soupçons quant aux véritables intentions de la police. Il dénonce également le fait que pour la séance d’interrogatoire de lundi, la police a cru bon de n’avertir son père que la veille. « Ce n’est qu’une forme de harcèlement des membres de ma famille », a-t-il soutenu en substance.
Les commentaires du Dr Joomaye sur le comportement des officiers de police lors de ces deux jours d’interrogatoire sont extrêmement sévères dans cette Written Statement. « The police is a political instrument in the hand of the head of the government of the day. The questions I have been asked are essentially political. These are questions put to me to please their political master. The mechanism of police investigation and prosecution have been twisted by remote control into a political tool ti discredit me as a member of the opposition to help the head of a stumbling and limping government », s’est-il appesanti.
Plus loin, le Dr Joomaye affirme que les principes fondamentaux de la Constitution en matière de respect de la liberté et de la démocratie ont été sacrifiés à l’autel des Casernes centrales par des « police officers who have willfully, knowingly and obligingly turned the police institution into a tool of dirty political game ». Il rappelle que lors de son interrogatoire, il n’a été confronté qu’à des « selected points » des dépositions de Navin Ramgoolam, du Dr Krishan Malhotra et de Nuvin Kumar Deerpalsing.
Les dirigeants du MMM, qui ont pris connaissance des « manoeuvres bassement politiques » adoptées par la police dans cette enquête suite à une déposition du Premier ministre dans la soirée du 14 juillet dernier, comptent revenir à la charge demain sur tout le dossier. Paul Bérenger dénoncera le complot ourdi au plus haut niveau, selon lui, dans une tentative de bâillonner la voix de l’opposition dans la conjoncture politique.
Entre-temps, dans la soirée d’hier, les dirigeants du MMM et du MSM, menés respectivement par Paul Bérenger et Pravind Jugnauth, ont eu une nouvelle rencontre en la résidence du leader du MMM. Ils ont passé en revue les derniers développements sur l’échiquier politique et dans le scandale MedPoint.