Depuis la mi-journée, la satisfaction est de mise au sein de la Five Oceans Salvage et de tous ceux engagés dans les opérations pour la remise à flots du MV Angel 1. En effet, depuis 11 h 30 ce matin, ce vraquier transportant quelque 32 000 tonnes de riz à destination de la Côte d’Ivoire a été libéré des récifs au large de Poudre-d’Or sur lesquels il était drossé depuis exactement seize semaines. C’est ce qu’a confirmé au Mauricien en fin de matinée un officiel de la cellule de crise mise sur pied au ministère des Infrastructures publiques pour le monitoring de ces délicates opérations.
Les premiers renseignements obtenus des spécialistes sur les lieux du sinistre à quelque 2,7 milles nautiques de la côte nord-est font ressortir que le MV Angel 1 a été remis à flots depuis la fin de la matinée. Le cargo a été tiré à quelque trois milles nautiques au large par les deux remorqueurs, le Mahanuwara et le Coral Sea Flos, mobilisés depuis plusieurs semaines. Après des échecs la semaine dernière, les spécialistes avaient pris la décision de délester le bateau d’un millier de tonnes de riz additionnelles à être disposées en haute mer avant d’entreprendre de nouvelles manoeuvres hier.
La première étape des opérations initiées hier consistait à déplacer le MV Angel 1 sur une distance d’entre six et huit milles nautiques au large pour un premier constat général et des premiers travaux d’urgence de “patchings”. Cet exercice devait être complété en fin de journée pour permettre la traversée de la côte nord-est à l’Ouest où devront s’effectuer les plus importants travaux de réparation. Ce n’est qu’après ces travaux que le MV Angel 1 pourrait faire son entrée en rade de Port-Louis avant de mettre le cap sur son port d’attache.
Le MV Angel 1 s’est retrouvé sur les récifs de Poudre-d’Or dans la nuit du vendredi 5 août dernier suite aux effets conjugués des avaries de moteurs et du mauvais temps qui prévalait. La première appréhension des autorités mauriciennes tournait autour des risques d’oil spill. Toutes les mesures d’urgence et d’importants moyens ont été déployés pour atténuer ces risques, qui ont été intégralement contenus.
Maintenant que le MV Angel 1 a été libéré des récifs, le ministère de la Pêche compte confier à des spécialistes un audit des récifs endommagés par la présence de ce cargo en vue de soumettre des réclamations en dommages et intérêts auprès des armateurs du navire. Jusqu’ici, la note des opérations de sauvetage pourrait dépasser les Rs 300 M. Mais les sources autorisées approchées pour une nouvelle confirmation de ces dépenses préfèrent attendre la fin des opérations avant de faire état du montant.