Vishnu Lutchmeenaraidoo a confirmé hier sa décision de se joindre à la plateforme de l’Alliance Lepep sans toutefois se joindre à aucun des partis qui la composent. « La possibilité de reprendre les armes m’a beaucoup tenté. C’est un grand combat qui nous attend. J’ai décidé d’accepter l’offre de sir Anerood Jugnauth de me joindre à la plateforme de l’Alliance Lepep », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse hier.
L’ancien ministre des Finances du gouvernement de sir Anerood Jugnauth a démissionné du MMM pour prendre une retraite politique après avoir été le seul, au sein de bureau politique mauve, à voter contre la conclusion d’une alliance avec le PTr. Initialement il avait décidé de prendre une retraite politique tout en gardant de bonnes relations avec Paul Bérenger, Navin Ramgoolam et sir Anerood Jugnauth. Dans le cadre de sa courte période de réflexion et de consultation, il s’est entretenu avec les deux derniers. Par la suite, lors de sa conférence de presse à la suite de la conclusion de l’Alliance Lepep, SAJ lui a lancé un appel, lui demandant de se joindre à cette mouvance afin d’occuper les fonctions de ministre des Finances. « SAJ a réveillé en moi la nostalgie d’une époque. C’était un appel aux armes contre l’alliance rouge-mauve auquel je ne pouvais résister. Je ne pouvais asize get sinema. La logique politique voulait que je m’engage dans le combat », soutient Vishnu Lutchmeenaraidoo. Il s’agit pour lui d’empêcher qu’une alliance rouge et mauve prenne le gouvernement.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a d’entrée affirmé que l’appel de SAJ l’a profondément touché. Il s’est souvenu de la « dream team » de 1983 dirigée par SAJ dont faisait partie sir Gaëtan Duval. « Il n’y avait pas de grandes stratégies à cette époque. C’était extrêmement simple. Notre action politique et gouvernementale reposait sur le principe que pour partager il fallait créer la richesse nationale. Il fallait produire et par la suite assurer un partage équitable de cette richesse ».
Le ministre des Finances désigné de l’Alliance Lepep observe qu’il rejoint une plateforme composée de personnes qu’il connaît parfaitement. Il affirme avoir connu Ivan Collendavelloo à l’université et que ce dernier, qui siégeait à ses côtés au BP du MMM, était une référence en matière de courage politique. Xavier-Luc Duval a été pour lui un ami même à l’époque où lui-même était au MMM. Quant à ses relations avec sir Anerood Jugnauth, il estime que c’est une histoire d’amour et de respect. Il a aussi rendu hommage à sir Gaëtan Duval, « qui avait une imagination hors du commun ».
Vishnu Lutchmeenaraidoo a ensuite brossé l’image d’un environnement sociétal caractérisé par une crise de civilisation et qui annonce l’arrivée d’un monde plus juste et plus équitable. Pour lui, le monde n’est pas encore sorti de la crise économique de 2000. « Je suis convaincu que nous allons vers une implosion du système international qui s’écrasera sous le poids de la dette insoutenable ». Il estime également que l’environnement planétaire est malade.
Tout en disant ne pas avoir de couleur politique, Vishnu Lutchmeenaraidoo a estimé que l’amendement constitutionnel proposé par l’alliance PTr/MMM est dangereux. « Pe zwe ek dife, ar nou lavenir e lavenir nou zanfan », soutient-il. Il estime que l’Alliance PTr/MMM a tort de parler de 60-0. « C’est l’électorat qui décide ». Il reconnaît avoir été attiré par le poste de ministre des Finances. Au MMM, il était responsable du dossier économique. Par la suite, Kee Chong Li Kwong Wing est devenu porte-parole du MMM pour les questions économiques au parlement. « Les choses ont évolué lorsque Reza Uteem a été cité comme ministre des Finances ».