La Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien (CJSOI) a perdu l’un de ses fidèles lieutenants. En effet, depuis peu Ram Lollchand n’occupe plus les fonctions de secrétaire-général au sein de cet organisme et ce, après 21 ans de bons et loyaux services. Ce départ fait suite à sa récente nomination comme Directeur des Sports en remplacement à Novin Gaya. C’est Samoo Pillay, senior sports officer au ministère de la Jeunesse et des Sports qui assume l’intérim au poste de secrétaire général de la CJSOI en attendant l’élection prévue lors de la réunion ministérielle extraordinaire du 14 mai prochain à Maurice.
Le handing over a donc déjà eu lieu au ministère de la Jeunesse et des Sports, à Port-Louis. Ram Lollchand a passé le témoin à Samoo Pillay et ce, à la suite à sa nomination par promotion au poste de Directeur des Sports au MJS. Une promotion qui sera effective dans six mois en suivant les procédures. Avec ces nouvelles responsabilités et surtout la somme conséquente de travail qu’exige le poste de Directeur des Sports, Ram Lollchand, ne sera également plus président du board du High Level Sports Unit (HLSU), un organisme du MJS responsable de l’attribution des allocations de bourses aux athlètes de haut niveau. En revanche, le principal concerné continuera à présider le comité de suivi dont l’objectif est de veiller au bon déroulement de la préparation des athlètes pour les Jeux des Îles de l’océan Indien de 2015, à l’île de La Réunion.
Pour Ram Lollchand, l’heure était venue de passer le témoin à quelqu’un d’autre surtout . « Les nouvelles responsabilités qui m’ont été confiées sont très exigeantes.  Cela fait que je ne peux plus cumuler le poste de secrétaire-général de la CJSOI et celui de la présidence du HLSU. Il était aussi important de passer le relais après 21 ans à la CJSOI et de penser à la relève », a déclaré Ram Lollchand. Selon lui, son passage au sein de cet organisme a constitué une grande expérience tant au niveau régional qu’international. Il dira d’ailleurs que c’est grâce à la CJSOI qu’il a été décoré en 2010 par la République de France avec la médaille d’or du ministère de la Jeunesse et des Sports de ce pays.
Moment fort avec l’intégration de Mayotte
C’est en 1993, soit six ans après la création de la CJSOI, que Ram Lollchand est proposé au poste de secrétaire-général par le président d’alors et ministre de la Jeunesse et des Sports de Maurice, nommément Michael Glover. Une proposition de candidature qui sera ensuite avalisée par le comité ministériel. Ram Lollchand remplaçait alors un autre Mauricien à ce poste, à savoir Jeewajee Isram, parti lui à la International Association of Athletics Federation (IAAF). Ram Lollchand dit avoir vécu des moments très forts au cours de ces 21 ans à la CJSOI et se dit fier d’avoir été partie prenante dans l’organisation des huit Jeux organisés jusqu’ici, dont les premiers tenus à Maurice en 1995.
Selon lui, l’intégration de Mayotte en 2005 aura été un des moments forts de son passage à la CJSOI. Une intégration faite sur demande des Comores, pays qui était pourtant en conflit avec Mayotte. « C’est cela la beauté de la CJSOI. Nous avons pu enfin regrouper les sept pays de la zone océan indien (Ndlr· Maurice, La Réunion, Seychelles, Madagascar, Comores, Djibouti et Mayotte). Ce qui est tout simplement magnifique », a-t-il fait remarquer. Ram Lollchand reconnaît aussi que la CJSOI est passée par des moments difficiles, voire de doute, comme en 2001 pour les Jeux de Madagascar où la cérémonie d’ouverture avait été reportée en raison de la présence de Mayotte. Ce pays n’était alors pas encore membre de la CJSOI et sa présence était contestée par les Comores. Pour sauver les Jeux, Mayotte avait été finalement autorisé à participer aux Jeux sous l’appellation de France océan Indien aux côtés de La Réunion.
Première mission en 1993 aux Seychelles
D’autre part, Ram Lollchand a tenu à rendre hommage aux fondateurs de la CJSOI que sont Michael Glover et Sylvette Pool, ministre de la Jeunesse et des Sports Seychellois d’alors. « C’est grâce à eux que les Jeux existent et ce, tel qu’ils sont présentés. Je souhaite longue vie à la CJSOI et je serai toujours là pour collaborer en tant qu’expert, afin que mon « bébé » continue à grandir dans les meilleures conditions », a-t-il déclaré avec beaucoup d’émotion. Soulignons que Ram Lollchand a effectué sa première mission en tant que secrétaire général en 1993 aux Seychelles. Il s’y était rendu pour élaborer la charte des premiers Jeux de 1995 avec les autorités seychelloises en vue de la réunion ministérielle qui devait ensuite se tenir à Moroni, aux Comores.
Sa dernière mission remonte à octobre dernier, à Maurice, à l’occasion de l’organisation du stage club CONFEJES (Conférence de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie). Pour conclure, Ram Lollchand a tenu à remercier tous les experts régionaux et internationaux qui ont aidé à l’élaboration de différents manuels de sports et de jeunesse au cours de ces nombreuses années. « Je remercie aussi tous les encadreurs qui ont animé des stages dans l’océan Indien et aussi tous les partenaires qui ont travaillé avec la CJSOI », a-t-il conclu.