Tyron Ladaub, 5 ans, est décédé mardi matin suite à une intervention chirurgicale à l’hôpital Victoria la veille. Après le choc, ses parents se disent déterminés à faire la lumière sur les conditions qui ont entraîné la mort de leur enfant unique. Le jeune garçon devait se rendre en Inde pour cette opération, mais le médecin de l’hôpital leur aurait affirmé qu’il pouvait la réaliser ici. Le ministère de la Santé a, pour sa part, ouvert une enquête.
Lundi dernier, le petit Tyron Ladaub, habitant cité Florida à Baie du Tombeau, a subi une intervention chirurgicale à la tête. Selon son père, Ricardo, l’enfant se portait bien. « Il jouait dans mes bras. Il m’empêchait même d’enlever sa montre pour entrer dans la salle d’opération. »
Ce dernier ajoute qu’après l’intervention, il a demandé au médecin si tout s’est bien passé et ce dernier lui aurait répondu par l’affirmative. Ricardo Ladaub dit ainsi son incompréhension concernant ce qui s’est passé entre ce moment et 5h30, mardi matin, où il a appris le décès de son fils.
Perdue dans ses pensées, Corinne, la mère, raconte que l’enfant était en bonne santé. Il menait une vie comme les autres et fréquentait l’école de La Salle RCA. « Le seul problème c’est qu’il perdait l’équilibre de temps à autre et avait des difficultés à se relever. Les médecins avaient alors décelé un problème à la colonne vertébrale. »
Après plusieurs années de suivi à l’hôpital, les parents se tournent vers une organisation non-gouvernementale dans le but de le faire opérer à l’étranger. « Il était convenu qu’il devait se rendre en Inde bientôt. Mais auparavant, on nous a demandé de faire tous les tests nécessaires à Maurice. C’est ainsi que l’ONG nous a envoyé faire un IRM de la tête au pied, dans une clinique privée », raconte Corinne, la mère.
Le résultat est alors présenté à un médecin de l’hôpital Victoria pour un dernier avis, selon les procédures en cours, concernant les interventions à l’étranger. « Dokter la dir nou so laservel inn desann e bizin oper li », poursuit Ricardo Ladaub. Le médecin aurait expliqué aux parents qu’il pouvait faire cette intervention.
Anne-Marie, la grand-mère du petit Tyron qui était également présent ce jour-là, ajoute : « En trois occasions je lui ai demandé s’il était sûr de pouvoir réaliser cette opération et il m’a répondu oui. Il m’a même dit qu’il avait déjà fait deux interventions similaires. »
La famille se demande donc pourquoi le garçonnet n’a pas survécu à l’intervention. Le rapport de l’hôpital attribue le décès à un “cardiopulmonary arrest”. « Comment un enfant de cinq ans peut-il avoir un arrêt cardiaque. Qu’est-ce qui a provoqué cela ? », se demande-t-il.
Les parents du petit Tyron affirment qu’il ne veulent pas laisser tomber cette affaire. « Nous sommes en train de prendre des avis légaux sur la marche à suivre. Nous n’abandonnerons pas », dit Ricardo Ladaub.
Au ministère de la Santé, on nous déclare qu’une enquête a été ouverte pour déterminer ce qui s’est produit.