Les grosses averses qui se sont abattues sur l’île n’apportent pas que des bienfaits. Le niveau d’eau dans les réservoirs et les nappes phréatiques a augmenté, mais également les risques d’infections gastro-intestinales et de maladies vectorielles. Même si la situation est stable, selon le ministère de la Santé et la Qualité de la Vie, la prudence reste de mise.
Le ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie compile toujours les données concernant les cas d’infections gastro-intestinales et de maladies vectorielles. Les derniers chiffres avancés le 26 décembre 2012 faisaient état de 13 cas de dengue, 1 cas de chikungunya et 1 cas de malaria. Si les statistiques ne sont pas alarmantes, il faut tout de même être sur le qui-vive pour prévenir toute épidémie, surtout après les grosses pluies associées à Dumile. D’autant que selon ce même ministère, 30% de la population avait été touchée par l’épidémie de chikungunya en 2005. Ce qui rend vulnérables les 70% restants.
Hygiène.
Les gastro-entérites sont surtout occasionnées par la contamination de l’eau et des aliments. Pour limiter les risques d’infection, le ministère préconise de prendre une série de précautions.
Tout d’abord, il est important de faire bouillir l’eau avant de la consommer. Il est impératif de se laver les mains fréquemment avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes avant de manger et de préparer les repas, après s’être rendu aux toilettes, avant et après avoir changé une couche.
Toujours dans le registre hygiénique, il est important de conserver un environnement propre chez soi et d’éviter de se toucher la bouche sans se laver les mains. Se réhydrater en buvant régulièrement de l’eau, de la soupe ou du jus est également conseillé.
Alimentation.
Concernant l’alimentation, le ministère conseille de consommer des repas fraîchement cuisinés, de laver les fruits et les légumes proprement, d’éviter de consommer les fruits abîmés et gisant sur le sol et de protéger les aliments contre la contamination par insectes et la poussière en les couvrant.
Il est bon de savoir que l’allaitement exclusif des nourrissons de 0 à 6 mois les protège contre la gastro-entérite. En cas de symptômes de gastro, il est fortement conseillé au public de se rendre immédiatement dans le centre de santé le plus proche pour des soins appropriés. Les prestataires de service en alimentation doivent s’abstenir de travailler s’ils sont infectés.
Moustiques.
Les moustiques sont les principaux vecteurs de certaines maladies comme la malaria, le chikungunya et la dengue. Les moustiques sont attirés par les eaux stagnantes qui leur permettent de proliférer : réduire les espaces de prolifération diminuera considérablement leurs capacités à propager les maladies vectorielles.
Les toitures sont généralement des endroits qui accumulent de l’eau; évacuer celles-ci est la première des mesures à prendre. On peut également couvrir convenablement les réservoirs d’eau de façon à ce que les moustiques n’y aient pas accès.
Il faut également se débarrasser de tout objet qui pourrait être source d’accumulation d’eau dans l’environnement extérieur : pneus usagés, déchets ménagers ou boîtes de conserves.
Veiller à ce qu’il n’y ait pas de rétention d’eau dans les assiettes sous les pots aux fleurs est également une bonne mesure. Il faut également ramasser les feuilles mortes et les fruits tombés par terre et les mettre dans une poubelle couverte. Il est aussi conseillé de défricher et de nettoyer régulièrement les terrains inoccupés.
Protection.
Il est également très important de se protéger des piqûres de moustiques. Ceci peut être fait en portant des vêtements couvrant les jambes et les bras et en utilisant des produits anti-moustiques : crèmes, serpentins, raquettes anti-moustiques, diffuseurs électriques. Il est aussi conseillé de dormir sous la protection d’une moustiquaire ou occuper une chambre climatisée.
Soulignons que les moustiques ont tendance à sévir au lever et au coucher du soleil. Il est donc primordial de se protéger à ces moments-là en particulier.
Amendes.
Il est important de souligner que ne pas remédier au problème d’accumulation d’eau chez soi constitue un délit. Selon une section de la Public Health Act, toute personne trouvée coupable est passible d’une amende de Rs 1,000. Si celle-ci n’est pas payée dans les délais accordés, la pénalité est de Rs 5,000.