À la fin d’une rencontre de quelque 175 minutes à Clarisse House hier après-midi, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, ainsi que le leader de l’opposition, Paul Bérenger, ont affiché un grand optimisme quant à l’introduction d’une bonne réforme électorale. « Nous allons vers un accord sur la réforme électorale », a déclaré le Premier ministre peu après la rencontre.
Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, s’est présenté devant Clarisse House à 17 h précises hier. Il a été accueilli par le Premier ministre et après avoir accordé quelques instants aux photographes de presse, ils se sont retirés pour une discussion qui allait durer près de trois heures. C’est avec soulagement que les journalistes ont vu le leader de l’opposition apparaître à la porte de Clarisse House vers 19 h 55. Il s’est immédiatement dirigé vers sa voiture pour regagner sa résidence à Riverwalk.
Dans sa déclaration à la presse après la rencontre, Navin Ramgoolam a affirmé avoir eu « une très longue discussion bien détaillée sur la réforme électorale ». « Nous sommes d’accord sur quasiment tous les points. En fait nous sommes d’accord sur tous les points mais nous voulons revoir une ou deux choses avec un esprit d’ouverture. Nous allons vers un accord sur la réforme électorale », a-t-il dit.
Le Premier ministre a insisté sur le fait que le projet d’accord électoral ne sera pas mis en oeuvre simplement à la suite d’un accord entre deux leaders. « C’est un projet auquel nous tenons beaucoup, pas parce qu’il y a eu cas des cas en Cour mais parce qu’il nous faut une identité nationale. Nous devons dire que nous sommes Mauriciens. Il s’agira également de donner plus d’équité, ce qui permettra à chacun de voir que son vote a été pris en compte. Ce sera un système plus juste ». S’agissant de la représentation des femmes au Parlement, il a observé qu’il est très important de faire un grand pas « comme nous l’avons fait pour les femmes au niveau des Administration régionales ».
« Il est impensable qu’alors que nous avons 50 % de femmes dans le pays, le nombre de femmes au parlement représente seulement 18, 8 % des députés. De plus, il est important que toutes les composantes de la nation mauricienne sentent qu’elles sont dans le système. Nous voulons donc faire certaines retouches », ajoute Navin Ramgoolam, qui a dit vouloir prendre en considération ce que les autres leaders politiques diront.
Navin Ramgoolam a aussi précisé que « notre priorité est de préparer le projet de loi et de commencer à travailler sur le texte de loi tout de suite de manière à le présenter dans les plus brefs délais possibles pour que chacun puisse faire ses commentaires ».