Bientôt une année depuis qu’ils ont été durement frappés par les inondations meurtrières du 30 mars 2013. À Petite Rivière, où ils ont trouvé un toit, la reconstruction se fait lentement pour les douze familles qui habitaient Anse Courtois à Pailles. Bien que leur quotidien ne soit pas toujours facile et qu’ils doivent lutter pour sortir la tête de l’eau, ils se disent soulagés de se sentir enfin en sécurité et surtout d’avoir retrouvé la tranquillité d’esprit.
À Petite Rivière où elles ont été relogées en mai 2013, la vie semble avoir repris son cours normal pour les douze familles d’Anse Courtois victimes des inondations du 30 mars 2013. Chacun s’est remis à ses occupations habituelles et semble retrouver progressivement ses repères. Mais à presque une année de ce fameux samedi noir, le traumatisme et la souffrance sont toujours palpables. La peur et les cicatrices laissées par ce jour fatidique sont visibles sur certains visages. Pas un moment où ils ne revivent ce cauchemar ou qu’ils n’en reparlent. Cindy Toussaint s’en souvient comme si c’était hier. “En un clin d’oeil, j’ai vu l’eau de la rivière et celle qui avait envahi ma maison se rejoindre. Tout ce qu’il y avait dans la maison flottait et s’en allait devant nos yeux.”