Le chef commissaire de l’Assemblée Régionale de Rodrigues, Serge Clair, a annoncé une série de mesures incitatives en vue de relancer les cultures vivrières dans l’île après les effets conjugués du passage du cyclone Amarra à la fin de l’année dernière et les récentes pluies diluviennes. Avec à ses côtés, le chef de département de la Commission de l’Agriculture, Sanjay Sooprayen, il a révélé que d’importants subsides ont été accordés sur des semences en vue d’encadrer les efforts des producteurs agricoles dans la conjoncture. Il a également écarté toute possibilité d’importer des légumes de Maurice pour satisfaire la demande dans l’île. Sur le plan de l’infrastructure publique, il a exprimé le souhait d’une visite officielle du vice-Premier ministre et ministre de l’Infrastructure publique, Anil Bachoo, pour dresser un constat et un inventaire des travaux à être effectués au niveau des drains pour une meilleure évacuation des eaux pluviales.
Commentant la situation après les cinq jours de pluie, Serge Clair a confirmé que le secteur agricole et le niveau des réservoirs ont été favorisés. Toutefois, le revers de la médaille est que les cultures vivrières ont beaucoup souffert. « Les pluies ont causé des dégâts aux champs des planteurs avec des semences mises en terre lavées et les effets de l’érosion », a-t-il déclaré, soulignant que la communauté des planteurs de légumes avait déjà ensemencé leurs champs avant les pluies de la semaine dernière.
Agissant sur la base d’une évaluation sur le terrain par des officiels de la Commission de l’Agriculture, le chef commissaire a fait état de quatre mesures-phare en faveur des planteurs, soit une augmentation sensible des subsides sur les semences des oignons, dont la Bellarose, avec le prix passant de Rs 4 340 à Rs 2 400 le kilo, les prix des semences des légumes, dont des brèdes, des carottes, des betteraves, de Rs 10 à Rs 2, la mise sur le marché de 1 500 livres de graines de haricots rouges au prix de Rs 25 le demi-kilo au lieu de Rs 105 et un programme de mécanisation des terres agricoles pour faciliter la relance de la production vivrière.
« Des directives ont été données au département de l’Agriculture pour que des tracteurs soient mis à la disposition des planteurs lors de la préparation de leurs champs. S’il y a lieu d’accorder des heures supplémentaires, nous le ferons car nous voulons que le travail soit accompli en ce mois de mars pour permettre aux planteurs de mettre en terre leurs semences », s’est appesanti Serge Clair lors d’un point de presse, hier après-midi, à Port-Mathurin.
D’autre part, le chef commissaire a rejeté toute idée d’importations massives de légumes de Maurice. « Rodrigues peut faire face à la situation et rebondir sur ses jambes après les pluies. Nous avons des conditions propices pour assurer la production vivrière. Ces mesures incitatives visent à encourager les planteurs », a-t-il ajouté en assurant que les Extension Officers de la Commission à l’Agriculture seront déployés en permanence sur le terrain. Il a fait état d’une révision du Food Security Fund pour venir en aide à la communauté agricole de l’île.
Dans un autre ordre d’idées, le chef commissaire a invité à Rodrigues Anil Bachoo et des ingénieurs du ministère de l’Infrastructure publique en vue d’élaborer un plan d’urgence pour la construction de drains dans les régions de Camp-du-Roi et de Fond-la-Digue. Les drains ne sont plus aussi performants et demandent à être élargis. Il a également souhaité voir le ministère de Bachoo se concentrer sur l’état des radiers dans les régions côtières pour éviter toute répétition de débordements et de routes impraticables avec la pluie.